Le 1er festival du cinéma de M’diq rend hommage à Mohamed Ismail...

Le 1er festival du cinéma de M’diq rend hommage à Mohamed Ismail et à feu Noureddine Kachti

267
0
PARTAGER

La cérémonie s’est déroulée à l’occasion de la tenue de la première édition de ce festival organisé, samedi et dimanche, à la Maison de la culture de M’diq par l’Association Tamuda Bay de cinéma, en collaboration avec la société FC Tétouan et le Conseil municipal de la ville.

Ce premier festival a été rehaussé par la présence d’une pléiade d’acteurs et comédiens marocains dont Mohamed el Bastaoui qui a mis en exergue le parcours de ce « grand réalisateur » marocain et son rôle dans le développement du 7ème art marocain au Maroc et à l’étranger.

Pour sa part, le président de la société FC Tétouan, Mohamed Ahajjam s’est arrêté sur l’importance que revêt le cinéma dans cette région nord du pays connue par sa richesse naturelle, soulignant qu’a travers l’hommage rendu à Mohamed Ismail et au défunt Noureddine Kachti, c’est l’ensemble des cinéastes et acteurs marocains qui sont récompensés, ainsi que tous ceux qui œuvrent à contribuer au rayonnement du cinéma marocain à l’étranger.

Il a cependant déploré le fait que la ville de M’diq, qui a connu ces dernières années une « transformation radicale », ne dispose pas encore d’une salle de cinéma en dépit de l’intérêt accordé par les différents réalisateurs marocains et étrangers à cette partie du pays.

D’autres intervenants ont émis l’espoir de voir cette petite ville devenir le « Ouarzazate du Nord ».

Intervenant à cette occasion, le réalisateur Mohamed Ismail s’est dit ému par cet hommage et ces témoignages de sympathie à son égard, affirmant que cette nouvelle reconnaissance ne fait que l’encourager à mener à bien sa mission dans ce domaine.

Mohamed Ismail, rappelle-t-on, vient d’achever le tournage de son nouveau film « Azzamane Al Aker », un film qui jette la lumière sur certains problèmes sociaux.

Le film, dont la sortie est prévue le 5 mai prochain à Tétouan, met également en exergue le développement sans précédent que connaît cette partie Nord du Royaume.

Les intervenants ont également rendu un vibrant hommage au critique du cinéma marocain Noureddine Kachti, ce « vrai militant du cinéma » décédé dans un tragique accident de la circulation, le 4 juillet dernier alors qu’il était de retour du festival du cinéma hispanique de Martil.

Outre la cérémonie d’hommage, le 1er festival du cinéma de M’diq a été marqué par la projection en plein air de certains films de Mohamed Ismail notamment, « Et après » et « Oulad Lablad », ainsi que par la cérémonie de signature du livre « Approche technique du discours cinématographique au Maroc » de l’écrivain et réalisateur Az El Arab Alaoui.

Commentaires