LE 1er MAI SOUS LE SIGNE DES BONNES NOUVELLES

LE 1er MAI SOUS LE SIGNE DES BONNES NOUVELLES

341
0
PARTAGER

L’autre exception marocaine sera de voir en ce 1er mai 2014, le premier ministre marcher aux côtés des militants du syndicat de l’UNMT, l’Union Marocaine des travailleurs du Maroc, proche de son parti au pouvoir, le PJD. Une situation surréaliste qui permettra de voir un chef de gouvernement défiler au milieu de slogans hostiles à sa politique. Cette démarche n’a d’autre but que de montrer grâce à cette opération de com, la proximité d’Abdelilah Benkirane avec les travailleurs et de célébrer le retour à des relations apaisées avec les syndicats après une longue brouille qui n’a que trop duré. Une réconciliation avec les syndicats certes, qui voient là une partie de leurs revendications satisfaites, mais pas avec le patronat qui refuse le principe de cette augmentation si minime soit-elle, arguant ses effets négatifs sur la santé et la compétitivité des entreprises marocaines dans un contexte de crise économique et de récession.

Après le sérieux avertissement que lui avait adressé trois syndicats, la CDT, l’UMT et la FDT au cours de leur marche commune du 6 avril dernier, le chef du gouvernement dont la côte de popularité s’est sérieusement érodée, a bien saisi le message et s’est subitement remis à entretenir des relations plus cordiales et moins conflictuelles avec les centrales syndicales après avoir probablement constaté que l’absence de dialogue avec elles le conduisait droit dans le mur.

Conscient également que la tension sociale dans la rue ne s’est pas abaissée d’un iota depuis les dernières mesures de décompensation, le chef du gouvernement montre des dispositions à la désamorcer en ayant dans le viseur les prochaines élections communales alors que son parti vient de perdre le test de deux consultations partielles dans ses deux fiefs des circonscriptions de Moulay Yacoub et Sidi Ifni.

 

 

Actu-maroc.com

Commentaires