Le calvaire d’une mineure marocaine de 10 ans séquestrée en Bolivie

Le calvaire d’une mineure marocaine de 10 ans séquestrée en Bolivie

353
0
PARTAGER

Tout a été dit sur l’histoire de la mineure marocaine qui a été libérée le week en dernier, des mains de son « rapteur » dans la forêt dense en Bolivie. Son histoire continue d’alimenter, vendredi, les commentaires dans les médias et réseaux sociaux en Espagne et en Bolivie.

Le récit des péripéties de son séjour forcé dans la jungle, que certains médias espagnols désignent d’ « odyssée », se base sur les seules données citées exclusivement par la garde civile et la police autonome de Catalogne, les Mossos d’Esquadra.

Tout paraît comme une trame d’une série noire dont le protagoniste est une mineure d’origine marocaine qui vit au quartier ouvrier L’Hospitalet de Llobregat (Barcelone).

Elle a été conduite, avec le consentement de ses parents en Bolivie, forcée pendant sept mois à travailler dans les plantations de la cocaïne et libérée grâce à une opération conjointe menée par les forces de sécurité boliviennes et espagnoles.

Elle vivait dans « un enfer tout à fait différent d’un voyage de loisir », comme l’avait promis le séquestreur à ses parents. C’est avec ces mots que le capitaine de la Garde Civile espagnole, Alvaro Montero, a résumé  jeudi lors d’une conférence de presse, le calvaire de Nadia.

Un récit poignant

Conduite dans la jungle bolivienne par un présumé ami de la famille, elle a été soumise à tout type d’avilissement. A l’issue de sa libération, après sept mois de  captivité, elle est actuellement placée sous surveillance médicale et psychologique dans la ville bolivienne de Cochabamba.

Pour des raisons afférentes à l’investigation, son retour en Espagne est prévu la semaine prochaine pour rejoindre sa famille. L’opération de libération de la petite marocaine a été «  très compliquée » pour être retenue dans la province de Chapare. C’est une zone, couverte de forêts denses et plantations de cocaïne, qui est soumise à la loi de tribus qui y régent en seigneurs.

La petite marocaine a été, durant sept mois, soumise à des travaux durs dans ces plantations, vendait des jus élaboré dans Chapare, dormait au ras du sol et passait des jours entiers en marchant dans la jungle sans rien comprendre à la langue locale, le quechua.

Une série d’inconnues restent à résoudre pour savoir comment ses parents (Abdelaziz Itrab et Fatima Zohra) l’ont autorisée à accompagner son séquestreur, Grover Morales Ortuño ( 36 ans) sous prétexte de l’emmener passer une dizaine jours de vacances en Bolivie.

Cet ouvrier, muni d’une fausse identité, avait été accusé et jugé pour viol sur deux de ses sœurs mineures en 2004. La petite Nadia a été conduite de force à différentes églises d’une secte dite Association Evangélique Mission Israelite du Nouveau Pacte (AEMIMPU).

Elle fut aussi baptisée membre de cette communauté. Sans être autorisée à communiquer par téléphone avec sa famille, elle a été traitée comme si elle était son épouse.

 

 

 

Actu-maroc.com ____________________________

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après:  https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

 

Presse Actualité journal Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière Agression voilée

faits divers politique économie accident cnops ministère ambassade cnss police douane trafic drogue prostitution pédophilie

Commentaires