PARTAGER

S’exprimant ce mardi sur la situation qui prévaut au sud de la Méditerranée, le candidat à la prochaine élection présidentielle française, Nicolas Sarkozy, n’a pas caché que cette situation restait préoccupante à l’exception du Maroc, où dit-il; nous pouvons nous appuyer sur un grand roi, souhaitons lui longue vie.

Pour le reste, devait-il préciser, tout le sud de cette région située au sud de l’Europe est livrée à une déstabilisation complète.

Une déclaration qui a fait bondir de leurs sièges les hauts responsables algériens qui ne s’attendaient à guère mieux de l’ancien président français et futur candidat pour un retour à l’Élysée en 2017 s’il passe le cap des primaires de son parti des « Républicains ». Pourtant, Sarkozy a tout fait au cours de son intervention pour arrondir les angles et ne pas faire d’analyse irritante pour l’Algérie e, sortant un phrase toute en nuances pour dire qu’il était difficile de faire semblant qu’il n’y pa pas de problème dans ce pays en raison de l’effondrement des prix du pétrole qui frappe sévèrement son économie.

Pour ce qui concerne la Tunisie, l’ancien président français s’est contenté de dire que sa situation nécessitait un effort sans précédent de la France car pour lui, la sécurité de la Tunisie est celle dela France.

Une fois de plus, Nicolas Sarkozy,  n’hésite pas à rappeler le rôle privilégié du royaume en tant que facteur de stabilité pour toute la région, une analyse partagée par ses prédécesseurs et son successeur à l’Élysée.

Par Jalil Nouri

Commentaires