Le cas de Ould Sidi Mouloud et Najem Allal, une parfaite illustration...

Le cas de Ould Sidi Mouloud et Najem Allal, une parfaite illustration du déni de la liberté d’expression à Tindouf

205
0
PARTAGER

Au cours de cette conférence, qui s’est déroulée en présence de Ismaili Moulay Salma Ould Sidi Mouloud, père de Mustapha Salma, les représentants de différentes ONG ont décrit le climat dans les camps de Tindouf, en Algérie, marqué par des violations, au quotidien par les milices du polisario, des droits fondamentaux de l’homme qu’ils soient civils ou politiques, notamment le droit à la vie, la liberté d’expression, les droits économiques, sociaux et culturels.

Les panélistes ont souligné que la privation par le polisario et l’Algérie, de ces deux militants du droit à la libre expression est une violation flagrante des droits de l’Homme dans une conjoncture marquée par la lutte acharnée des peuples arabes pour arracher le droit à la parole et à la participation politique.

Après s’être attardés sur le parcours de Ould Sidi Mouloud, les intervenants ont dénoncé le traitement inhumain réservé à ce militant, éloigné de sa famille plusieurs mois durant pour avoir exercé un des droits de l’Homme, en annonçant publiquement son soutien au projet d’autonomie proposé par le Maroc pour régler définitivement le conflit du Sahara et son corollaire de drames humains.

Dans son intervention, Ismaili Moulay Salma Ould Sidi Mouloud s’est interrogé sur les raisons qui poussent l’Algérie et le polisario à éloigner son fils des siens, considérant que cet agissement est une injustice inacceptable. Il a appelé la communauté internationale à agir pour permettre à M. Ould Sidi Mouloud, qui se trouve actuellement à Nouakchott, de rejoindre sa famille.

Les participants ont également focalisé leurs interventions sur le cas de Najem Allal, poète établi dans les camps de Tindouf, qui est aujourd’hui interdit d’exercer son art par les milices du polisario pour avoir voulu traduire le désarroi des séquestrés, montrer son soutien aux jeunes qui aspirent au changement et dénoncer les pratiques de corruption et d’enrichissement illicite des dirigeants du polisario aux dépens des populations des camps.

Ils ont appelé la communauté internationale à soutenir ce chanteur et compositeur (en hassani et en espagnol), qui a reçu plusieurs prix en Espagne et en Allemagne. Najem Allal, ont-ils déploré, a été limogé de son emploi et vit actuellement dans des conditions déplorables, livré à une peur continue de représailles contre sa personne et sa famille.

Organisée au Palais des Nations par l’Union de l’Action Féminine (UAF) et l’International Démocratique Centre (IDC), cette conférence a regroupé en tant que panélistes Anna Maria Stame Cervone, de l’IDC, Ismaili Lalla Fatma (UAF), Saadani Maoualainine, membre du CORCAS, Martin Maluza, président du Comité International pour le Respect de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples CIRAC, et M. El Mami Ahl Ahmed (IDC).

map ______________

 

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires