PARTAGER

En creusant un tunnel de 600 mètres, un groupe de malfrats brésiliens pensait accéder au coffre-fort d’une banque, mais leur tentative de réaliser le casse du siècle a débouché sur la case prison.

Après trois mois d’enquête, la police locale a établi que ce passage sous-terrain, gros-oeuvre d’une grande sophistication, soutenu par des piliers métalliques, était sur le point d’aboutir au coffre-fort d’un centre de distribution de la Banque du Brésil à Sao Paulo, la capitale économique du pays.

Seize suspects ont été interpellés lundi soir. D’après les autorités, ils espéraient dérober 1 milliard de réais (environ 270 millions d’euros).

« Cela aurait été le casse du siècle », a affirmé le commissaire Fábio Pinheiro Lopes à la chaîne de télévision Globo.

D’après les autorités, les travaux de construction du tunnel ont débuté il y a quatre mois, à partir d’une maison située à proximité de la banque. Tapissé de planches de bois au niveau du plafond, il était aussi doté d’un système d’éclairage électrique.

« La bande a investi quatre millions de réais (environ 1,1 million d’euros), 200.000 par participant », a estimé le commissaire.

Les enquêteurs soupçonnent certains membres de ce groupe d’avoir pris part à l’un des casses les plus emblématiques de ces dernières années au Brésil, en 2005, à Fortaleza (nord-est). Près de 165 millions de réais (environ 55 millions d’euros au taux de change de l’époque) avaient été dérobés à la succursale de la Banque centrale, avec le même modus operandi: un tunnel d’une centaine de mètres creusé depuis une maison aboutissant dans le coffre-fort.

Un épisode immortalisé par le film « Braquage à la Banque centrale », sorti en 2011

Commentaires