PARTAGER

Alerté par le souverain dans le dernier discours royal sur les
dysfonctionnements dans les consulats du royaume à travers le monde et
le mauvais accueil réservé aux ressortissants marocains, le ministre
des affaires étrangères Salaheddine Mezouar n’a pas d’autre choix que
d’y apporter les changements nécessaire dans la perspective de leur
mise à niveau et d’un changement de la mentalité de leur personnel qui
y travaille sans discernement dans l’esprit de l’administration
locale. Le problème numéro 1 reste l’éloignement des consulats à la
source du mécontentement des ressortissants marocains.

Couvrant de vastes zones géographiques, ces derniers se trouvent face
à des demandes de la part de citoyens qui exigent d’être servis dans
la journée pour pouvoir repartir avec leurs documents, les procédures
par internet n’étant pas encore en usage. Le deuxième obstacle reste
le manque de ressources humaines et d’espaces d’accueil confortables
dont se plaignent souvent les ressortissants marocains ainsi qu’une
simplification des procédures qui leur épargnerait de longs et coûteux
déplacements ce qui suppose une augmentation du budget de
fonctionnement de ces consulats qui ne disposent pas, soit dit au
passage,  de dispositif  de sécurité, une faille démontrée par le
dernier incident survenu récemment à l’ambassade du royaume à Paris.En
ce qui concerne l’efficacité et l’assiduité des diplomates en poste,
le ministre avait promis à son arrivée qu’un système de notation
serait introduit, un projet passé aux oubliettes mais qui, avec les
remarques et critiques du souverain, pourrait bien redevenir à l’ordre
du jour.

Par Jalil Nouri

Commentaires