LE CES, NOUVEL ELAN AU DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE

LE CES, NOUVEL ELAN AU DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE

226
0
PARTAGER

Dans un entretien accordé à la MAP, M. Gil a mis en exergue les grands chantiers structurels entrepris par le Royaume aux niveaux économique et social, sous la sage conduite du Souverain, confortant de la sorte la place du Royaume en tant que « meilleur portail ouvert au monde dans le continent africain ».

LE CES, NOUVEL ELAN AU DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE

Relevant l’oeuvre louable qu’a constitué la promulgation du nouveau Code de la famille, ayant consacré le rôle prépondérant de la femme au niveau de la famille et de la participation à tous les domaines de la vie publique, M. Gil a indiqué que la création récente du Conseil Economique et Sociale (CES) constitue un nouveau jalon dans l’édification de l’Etat marocain démocratique moderniste.

Il a expliqué, dans ce sens, que ce conseil est propre à donner un nouvel élan au développement socio-économique, grâce à l’apport des membres qui le composent appartenant à différents horizons pour en faire un nouvel espace de dialogue aidant à orienter la politique du gouvernement et à conforter les réformes entreprises.

Cette institution, a-t-il dit, aura vocation à proposer de nouvelles approches et perspectives de développement en faveur des marocains. Il s’est dit impressionné par les chantiers d’envergure ouverts au Maroc, sous l’ère de SM le Roi, qui représente ainsi le modèle de leader incarnant les espoirs de son peuple.

« Je constate que le Maroc vit une phase historique, marquée par les développements, les changements et réalisations, peut être lentement mais surement », qui en font le maillon fort dans la région.

UN POSITIONNEMENT REGIONAL DISTINGUE

Les atouts dont jouit le Maroc le rendent moins exposé aux turbulences que connaissent certains pays arabes, a dit M. Gil, mettant l’accent sur le climat de démocratie et de paix qui règne au Maroc. « Ce pays où les services publics s’améliorent et s’adaptent mieux aux besoins et qui reçoit un grand nombre de visiteurs venant du monde entier, ce qui rassure les investisseurs ».

Selon M. Gil, les investisseurs optent pour le Maroc vu la sécurité juridique dont il jouit, par delà quelques carences qui peuvent surement être redressées.

L’INITIATIVE MAROCAINE D’AUTONOMIE, L’UNIQUE SOLUTION A LA QUESTION DU SAHARA

Evoquant la question de l’intégrité territoriale du Royaume, le journaliste espagnol, également expert en sécurité citoyenne, terrorisme et libertés publiques, a souligné que la proposition marocaine d’autonomie dans les provinces du Sud constitue l’unique option pour mettre fin à un conflit qui a trop duré.

L’initiative proposée par SM le Roi répond pleinement aux aspirations de la grande majorité des sahraouis qui n’aspirent qu’à regagner la mère patrie et à vivre dignement en paix.

Ce projet constitue « la solution définitive », a-t-il insité, expliquant que la Communauté Internationale ne permettra pas à Al Qaïda de désequilibrer toute la région du Maghreb.

Il est averé que des membres et militants du polisario travaillent pour le compte d’organisations terroristes et commettent des actes criminels dans la zone sahélo-saharienne en faveur d’Al Qaïda pour le Maghreb Islamique (AQMI), dont les membres sont impliqués dans tous types de trafics illicites et s’adonnent à l’enlèvement et à la sequestration d’Occidentaux, a-t-il indiqué.

Le journaliste espagnol a, dans ce sens, appelé les membres du polisario à libérer les populations sahraouies de la servitude à laquelle elles sont soumises dans les camps de Tindouf sur le territoire algérien pour leur permettre de regagner leur pays dont elles ignorent les réalités du fait de la propagande polisarienne.

Il a également dénoncé les flagrantes violations des droits de l’Homme commises par le polisario à Tindouf, notamment le viol de femmes, forcées de procréer pour multiplier le nombre de la population, soulignant qu’il sagit là d’une atteinte grave à la dignité humaine et à la liberté de la femme.

Dans les camps de Tindouf, « personne ne peut s’exprimer librement », y compris à propos de la proposition marocaine d’autonomie, a assuré Gil, citant l’exemple de Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, qui a été arrété, emprisonné et torturé pour avoir voulu exprimé pacifiquement et librement son opinion et son soutien à l’initiative marocaine.

Il a, par ailleurs, déploré que la persistence de ce conflit se ressent sur les relations hispano-marocaines. « Le gouvernement espagnol doit prendre une position claire et determinée vis-à-vis de ce différend », a-t-il insisté.

LE FACTEUR CULTUREL RENFORCE LES RELATIONS HISPANO-MAROCAINES

D’autre part, Gil a souligné l’importance du facteur culturel dans la consolidation et le renforcement des relations hispano-marocaines, mettant l’accent également sur le rôle majeur que peuvent jouer les universités des deux pays en tant qu’espaces de connaissance et de confiance.

Il a, dans cette optique, appelé les journalistes espagnols à être plus ouverts sur les réalités du Maroc actuel, son histoire et le mouvement de changement qui s’y opèrent, en rompant avec les idées anciennes et stéréotypées sur le Royaume.

Il a aussi appelé les moyens de communication et, en particulier, l’agence Maghreb Arabe Presse (MAP), à déployer davantage d’efforts pour consolider la confiance mutuelle, et jeter les ponds de la compréhension entre les deux peuples voisins et amis.

Propos recueillis par Maria LAAROUSSI et Hicham LAKHAL

_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires