PARTAGER

Pour une visite aussi importante que celle effectuée en ce moment par le roi Mohammed VI au Sahara, l’absence de son garde du corps personnel et chef de la sécurité des palais royaux, Aziz Jaidi, est trop visible pour ne pas être remarquée.

Aussitôt l’avion royal arrivant à Lâayoune directement de l’Inde où le souverain a prolongé son séjour après avoir participé au sommet Inde-Afrique, la sécurité royale était privée de son patron qui d’après les premières indiscrétions serait une nouvelle fois en disgrâce auprès du roi pour une faute professionnelle ce qui lui vaudrait une mise au placard qui peut durer selon le cas, des jours, des semaines et même des mois, comme cela a déjà été le cas à plusieurs reprises par le passé et qui se sont terminées pour la plupart d’entre elles par un pardon royal à un homme qui a su se rendre indispensable. Depuis le départ définitif de l’autre ancien homme fort de la sécurité royale, Fikri, le poste de numéro 2 est resté vacant, ce qui est en cas de sanction à l’égard de Jaidi, peut laisser cette dernière sans véritable patron à sa tête.

La visite royale appelée à se poursuivre pendant plusieurs jours encore devrait en principe, ne serait-ce que par son côté sensible, commander la nomination d’un chef par intérim en attendant le pardon du roi qui permettrait une nouvelle fois à Jaidi de réintégrer son poste à moins que le souverain n’en décide autrement.

Par Jalil Nouri

Commentaires