PARTAGER

Alors qu’il n’a eu de cesse ces derniers temps à appeler à la reprise des armes contre le Maroc en pleine crise avec l’OnNU, le numéro 1 du front séparatiste du Polisario n’a pas pu, par ironie du sort, assister à une dernière réunion des instances dirigeantes de son mouvement axée sur cette question, devenue un let-motive mais également un coup d’épée répété dans l’eau. Et pour cause, Mohammed Ould Abdelaziz, dont l’image lors de sa récente et seule apparition publique avec Ban Ki Moon dans les camps de Tindouf, a montré un homme très affaibli, au visage émacié et au corps décharné, a été transporté de toute urgence ces derniers jours aux États-Unis à bord d’un avion médicalisé algérien, après que son médecin personnel italien qu’il n’en avait plus pour très longtemps, en raison de l’état avancé de sa grave maladie, un cancer généralisé contre lequel les spécialistes américains ne pourront rien, puisque l’homme a survécu par miracle jusqu’à présent.

Sans attendre l’annonce de sa mort, la guerre de succession est déjà engagée en coulisses, les prétendants étant assurés de cette issue fatale depuis longtemps. Les déchirements se font au grand jour entre plusieurs clans alors que deux candidats dont un algérien semblent tenir la corde pour diriger un mouvement moribond comme son chef et proche de l’éclatement.

Commentaires