PARTAGER

Après avoir déjà tenté de faire bénéficier sa fille d’un poste ministériel lors des tractations pour la formation de l’actuel gouvernement, le leader de l’Usfp, Driss Lachgar, un coutumier de ce genre d’intervention et pris en défaut à plusieurs reprises dans des d’autres cas de favoritisme, vient de le rappeler une nouvelle fois, pour placer son fils ,comme directeur de cabinet d’un ministre socialiste. Ce dernier n’est autre que celui de la fonction publique et de la modernisation de l’administration, Mohammed Ben Abdelkader, dont le chef socialiste a estimé qu’il avait une dette envers lui, pour l’avoir poussé à occuper un poste ministériel dans l’actuel gouvernement. Driss Lachgar lui a donc imposé de prendre, pour rembourser cette dette, son propre fils, comme directeur de cabinet au détriment d’un fils d’un autre leader historique de la formation socialiste, Abderrahim Bouabid. Driss Lachgar a insisté jusqu’à ce que son fils obtienne le poste pour percevoir un salaire de 22 000 dirhams de salaire et disposer d’une voiture de fonction. Fort heureusement, Driss Lachgar, n’aura pas eu le poste de ministre de la justice auquel il s’accrochait pour faire partie de l’actuel gouvernement et faire travailler son cabinet d’avocat, car c’est toute sa famille qu’il aurait placée dans son cabinet. Est-il vrai que nous n'(avons que les leaders politiques que nous méritons? Il faudra alors que l’on nous dise pourquoi nous méritons un tel sort.

Commentaires