PARTAGER

L’affaire est véritablement à la fois dramatique et cocasse pour faire rire et méditer à l’étranger avec un club du raja de Casablanca, autrefois prestigieux est devenu la risée de la presse sportive espagnole qui revient se derniers jours sur la crise que vit cette formation, parmi les plus emblématiques du championnat national de football.

En proie à une grave crise de gouvernance et financière suite à des cumuls de mauvaise gestion, le club, connait les pires déboires depuis qu’il a disputé la finale de la coupe du monde des clubs champions en 2014. Bien qu’il ait reçu beaucoup d’argent à cette époque, la manne s’est non seulement volatilisée mais les caisses du club se sont asséchées. Depuis, les joueurs ont du mal à se faire payer, les dettes s’amoncellent, les coachs ne restent pas en poste faute de rémunération et la crise perdure avec les mauvais résultats. Non payés ou quand ils le sont, il s’agit d’avances tout au plus, les joueurs boudent les entraînements et ont l’esprit ailleurs lors des matchs. Pour y remédier, l’entraîneur espagnol, Juan Carlos Garrido, qui vient d’être engagé cette saison, a décidé de payer les joueurs de sa propre poche pour que son travail puisse se déruler normalement et que les bons résultats suivent, preuve de son respect pour le club et ses joueurs. Un cas unique dans les annales sportives que la presse espagnole à tenu à saluer non sans une pointe d’ironie.

Commentaires