Le Congo rend un hommage solennel aux victimes du drame de Mpila

Le Congo rend un hommage solennel aux victimes du drame de Mpila

315
0
PARTAGER

Emotion et amertume, voilà ce qui ressort de cette longue cérémonie. Une très grande tristesse s’est propagée à toute l’assemblée, dès l’arrivée des cercueils sur des camions, quand ils sont rentrés sur l’esplanade du Palais des Congrès.

Sans doute le moment le plus puissant, le plus fort de cet hommage national, que de voir ces dépouilles alignées, décorées du drapeau congolais et d’une gerbe de fleurs, face à la foule.

Denis Sassou Nguesso n’a pas pris la parole aujourd’hui, après quelques minutes de recueillement devant les victimes. Il a salué quelques familles. C’est le ministre du Travail qui s’est fait le porte-voix du chef de l’Etat, lors de l’oraison funèbre.

« Mes frères, mes sœurs congolais, restez unis comme les cinq doigts de la main », a-t-il déclaré. Au-delà du chagrin, pour les victimes, la colère : « Pourquoi tant d’armes se trouvaient-elles à Mpila ? », demandent-elles.

Et sous un soleil de plomb, s’ajoute aujourd’hui l’odeur difficilement supportable des cadavres, une semaine après ce drame qui touche en fait tout le Congo.

L’esplanade du Palais avait bien triste mine en ce jour de deuil national, alors que l’hymne national résonnait et que le convoi mortuaire était sur le départ pour rejoindre la dernière demeure des victimes, le cimetière de Brazzaville.

Une semaine après le drame, on évoque aujourd’hui la découverte de vingt-trois nouveaux corps. Selon les autorités, l’enquête se poursuit, mais elle est très compliquée. Il est très difficile, voire impossible, de pénétrer dans certains secteurs du quartier de Mpila, c’est interdit. Pourquoi ? Partout c’est un champ de mines, dit-on au niveau des services de déminage.

Et la priorité de ces démineurs, c’est désormais d’ouvrir un passage de sécurité des accès, pour aller justement, chercher les cadavres qui seraient encore sous les décombres. C’est pourquoi le bilan a augmenté. L’enquête qui est engagée prendra beaucoup de temps.

L’autre priorité des autorités reste la situation des 13 000 sinistrés, qui reste difficile, dans les camps où ils se retrouvent. Les autorités signalent de gros problèmes d’eau.

 

rfi.fr_______________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires