Le Conseil de l’UE rappelle à l’Algérie ses obligations en matière des...

Le Conseil de l’UE rappelle à l’Algérie ses obligations en matière des droits de l’homme

838
0
PARTAGER

Le Conseil des Affaires étrangères constitué des chefs de la diplomatie européenne des Vingt Sept réuni, mardi à Bruxelles, a adopté le rapport annuel sur la situation des droits de l’homme et la démocratie dans le monde pour l’année 2015 dans lequel il a rappelé à l’Algérie ses obligations en matière des droits de l’homme.


Le Conseil de l’UE rappelle à l’Algérie ses obligations en matière des droits de l’homme
Le rapport souligne que des dizaines de cas de violation des droits de l’homme entre janvier et novembre 2015 en Algérie ont été signalés à l’Union européenne parmi lesquels figurent des journalistes, des syndicalistes, des militants et des étudiants.

Il rappelle la résolution d’urgence adoptée par le Parlement européen le 30 mars 2015 dans laquelle il demande aux autorités algériennes de mettre un terme aux violations des droits de l’homme et de garantir et respecter les libertés syndicales.

Le rapport qui ne manque pas de souligner la situation sociale difficile en Algérie, relève qu’une baisse persistante des prix du pétrole a sérieusement affecté les finances du pays, entraînant l’adoption par les autorités de plusieurs mesures d’austérité.

Il pointe du doigt également les restrictions imposées en matière des libertés individuelles et collectives, notant qu’une étude européenne a constaté que les deux tiers des associations enregistrées légalement en Algérie avant la loi de 2012 sur les associations avaient soit disparu ou n’avaient pas renouvelé leur inscription. Le rapport souligne que des ONGs internationales, régionales et européennes ont rapporté que leurs demandes de visa avaient été systématiquement rejetées par le ministère algérien des Affaires étrangères et que les fonds et les transferts vers l’Algérie ont été également bloqués, y compris ceux destinés aux ONGs légalement enregistrées et travaillant dans le cadre du partenariat avec l’UE.

Le rapport fait également état de harcèlement des syndicalistes et des défenseurs des droits de l’homme et des journalistes et évoque plusieurs cas de disparitions forcées.

Commentaires