PARTAGER
Le secrétaire général de l’ONU, le sud-coréen Ban Ki Moun commence à tirer les conclusions catastrophiques de ses attaques verbales à l’égard du Maroc et des développements qui s’en sont suivies avec l’organisation pour la première fois de sa longue histoire d’une marche impressionnante de plus de trois millions de personnes dans la capitale du royaume, une marche qui a déplu au sein de la tour de verre de New-York, qu’il s’agisse des petits fonctionnaires ou des grands.
Pour leur part, les ambassadeurs des pays siégeant au sein du Conseil, de Sécurité n’ont pas tardé à exprimer leur mécontentement et leur gêne de voir les relations se dégrader avec un pays qui a jusque-là était très coopératif dans le dossier du Sahara et qui a toujours fait preuve de solidarité dans l’es opérations humanitaires et de maintien e la paix. Du reste, Ban ki Moun a compris que le vent avait tourné pour lui et n’avait pas apprécié les critiques du Conseil de Sécurité à son égard qui ont nécessité une réunion d’explication en présence de tous les membres lundi prochain au siège de l’ONU.
De retour à son bureau après sa tournée dans la région au cours de laquelle il a commis sa bourde, ban Ki Moun semble faire une fixation sur le Maroc en développant un argument dénué de toute crédibilité, une position qui se heurte aux nombreux soutiens dont dispose le royaume au sein de l’ONU.
Par Jalil Nouri
Acyu-maroc.com

Commentaires