Le Conseil supérieur des ouléma se félicite « de la clairvoyance et du...

Le Conseil supérieur des ouléma se félicite « de la clairvoyance et du courage » du grand imamat au Maroc

213
0
PARTAGER

 

Le Conseil supérieur des ouléma a exprimé « la fierté des ouléma de la clairvoyance et du courage qui distinguent le grand imamat au Maroc, chaque fois que le devoir exige que soient prises des décisions préservant les constantes de la Oumma et répondant aux aspirations à davantage de dignité, de grandeur et d’équité ».

Dans un communiqué sur la question des réformes annoncées dans le discours royal du 9 mars, le Conseil a fait part de « la fierté de l’annonce par Amir Al Mouminine que les réformes prévues se feront en adéquation avec les constantes de la Oumma en ce qui concerne la religion et Imarat Al Mouminine ».

« Le changement -en tant que l’une des prescriptions de la Charia et partie intégrante de la loi naturelle- doit être le résultat d’un diagnostic lucide des besoins et des attentes de la société, et dont l’un des aspects est la connaissance de ce qui est bénéfique ou de ce qui doit être préservé », souligne le communiqué.

Les ouléma ont jugé qu’il est de leur devoir de publier ce communiqué en vue d’exprimer leur vision d’ensemble, partant de leur position « quant à l’engagement légal envers l’allégeance à Amir Al Mouminine », du fait qu’ils comptent parmi « les forces sociales influentes dans les temps présents et par le passé », qu’ils ont une « responsabilité de prédication, de conseil et d’orientation » et qu’ils seront « témoins devant Dieu et les gens de ce qui se passe autour d’eux ».

Le Conseil précise que cette position est intervenue « après lecture approfondie du discours royal et dans le sillage des mécanismes de consultation posés dans ce discours historique, en vue d’initier des étapes globales et complémentaires dans la continuité de la réforme politique et sociale qu’a connue le Maroc sous le règne d’Amir Al Mouminine ».

La situation politique et des droits de l’Homme au Maroc « est une exception à la faveur des réalisations en termes de réforme, d’équité et de développement », a fait observer le Conseil, notant que « sur cette base, nul ne peut, sous quelque prétexte extrémiste que ce soit, prêcher la négation, l’ingratitude et le clonage en minimisant la prise de conscience des Marocains et leur capacité d’appréhender leur particularité ».

Selon le communiqué, signé M. Mohamed Yessef, secrétaire général du conseil, si l’appel à l’éradication de la corruption est un projet national, il se doit immanquablement d’être global et d’embrasser, aux côtés de la réforme politique et administrative, la lutte contre la dépravation touchant à la foi et aux mÂœurs et causant des effets pervers pour la majeure partie des citoyens, sachant que la majorité a pleinement le droit d’adopter les lois pénalisant cette dépravation.

« La charia ne laisse aucune place à tout ce qui ne prête aucune attention à la sécurité de la société, d’autant que le préjudice dans la conception islamique ne peut être évité par un autre préjudice », a argué le document, ajoutant que « le choix démocratique qui fait l’unanimité des Marocains nécessite une protection démocratique globale ».

Les oulémas du Maroc affirment en outre qu’ils exercent un autocontrôle permanent autant qu’ils contrôlent les autres et, partant, ils sont en devoir de prêcher le bien et de dénoncer le mal selon la démarche éducative qui est la leur ».

Ils ont souligné s’en tenir fermement à la commanderie des croyants (Imarat Al Mouminine) dans son acception globale et à sa pleine mise en Âœuvre, considérant que cette dernière est pour la Oumma ce que l’âme est pour le corps. C’est là un devoir perpétuel qui émane de rôle reconnu à Imarat Al Mouminine dans une société sûre et fondée sur l’accomplissement des missions prioritaires de la Charia en tant que protectrice de la foi et des biens, garante de la sécurité et de la dignité.

Aux yeux des ouléma, la conduite des réformes et l’élaboration des modes de leur mise en application relèvent des compétences d’Amir Al Mouminine eu égard à sa mission de protecteur de la religion et à ses fonctions politiques. « Il est de ce fait garant de l’équilibre entre les affaires de réforme, qu’elles se rapportent au vécu quotidien ou à la religion, de laquelle les Marocains puisent le sens même de la vie », souligne le communiqué.

Les oulémas ont souligné que compte tenu du dépôt dont ils sont protecteurs et de l’allégeance dont ils se portent garants, ils sont attachés à la même voie qui consiste à recommander les bonnes Âœuvres et à déconseiller la discorde pour préserver la religion et barrer la voie devant les tenants de l’excès en matière de religion.

L’institution des oulémas considère qu’il est de son devoir de se prononcer sur tout ce qui se rapporte à la vie religieuse des marocains et à la préservation de leurs choix et de leurs valeurs constantes, ajoute le communiqué, précisant qu’il est aussi de son devoir de se mobiliser et de mobiliser tout le peuple derrière Amir Al Mouminine dans toute Âœuvre réformiste que requiert le parachèvement de l’édifice démocratique, ceci étant la voie qui mène à la justice qui est, elle-même, le socle de la religion.

Cette institution est appelée à aider les gens, par le biais de la religion, à différencier entre ce qui est porteur du bien et ce qui ne l’est pas, les oulémas étant animés du devoir de fidélité et de dévouement à Dieu, à la patrie et à l’institution d’Imarat Al Mouminine suivant en cela les recommandations de Dieu : « vous qui croyez ! Répondez à l’appel de Dieu et du Prophète lorsque celui-ci vous convie à ce qui peut assurer votre salut  » (Al Anfal, Coran).

MAP_________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires