PARTAGER

Evoquant les tueries inter-ethniques de Ghardaïa, lors d’une rencontre avec les notables de cette wilaya meurtrie, le premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, a crié au complot et accusé le Maroc d’avoir financé et téléguidé le jeu de massacre.

Et puis quoi encore ?

Grâce aux illuminés officiels algériens et à leurs bras médiatiques détraqués, le ridicule finira bien par tuer.

Commentaires