Le développement des relations parlementaires au centre des entretiens maroco-saoudiens à Rabat

Le développement des relations parlementaires au centre des entretiens maroco-saoudiens à Rabat

214
0
PARTAGER

Dans une déclaration à la MAP, à l’issue des ces entrevues, M. Radi a indiqué que la visite de ce responsable saoudien s’inscrit dans le cadre des rencontres périodiques entre les deux parties et qui visent à renforcer les relations de coopération entre le Maroc et l’Arabie Saoudite sur le plan parlementaire.

M. Radi a souligné que cette rencontre a été également l’occasion pour informer la délégation saoudienne des derniers développements qu’a connus la question du Sahara marocain, notamment les résultats des pourparlers informels entre le Maroc et les autres parties.

Le président de la chambre des Représentants a indiqué avoir évoqué l’action parlementaire au Maroc et les attributions de la chambre des Représentants, outre les réalisations et les chantiers inaugurés au Maroc.

De son côté, le chef de la délégation saoudienne, M. Al-Qurashi a indiqué, dans une déclaration similaire que cette visite vise à consolider les relations excellentes qui unissent les deux pays et à renforcer les liens de coopération bilatéraux dans les domaines politique, économique et social, au service des intérêts des deux peuples frères.

Cette rencontre, a-t-il ajouté, s’assigne pour objectifs également la recherche de moyens de coordination bilatérale sur le plan parlementaire et d’unification des positions des deux pays à l’échelle arabe, régionale et internationale.

A cette occasion, M. Al-Qurashi a exprimé le soutien de son pays à la proposition marocaine d’autonomie au Sahara, insistant dans ce sens sur l’appui du Royaume d’Arabie Saoudite au Maroc concernant tout ce qu’il entreprend comme mesures relatives à ce dossier.

La délégation saoudienne comprend plusieurs membres dudit Conseil et du groupe d’amitié parlementaire maroco-saoudien au sein du Conseil, Cheikh Souleiman Al-Majed, Mohammad Al-Rasheed, Sadqah Fadel, Abdullah Al-Maatani et Nawaf Al-Fagham.

 

Commentaires