PARTAGER
Les ministres et les chefs de partis continuent de disséquer le texte du discours du trône qui a fait l’effet d’une douche froide sur la scène politique.
la pilule a été dure à avaler bien que les concernés considèrent que les reproches du souverain sont amplement justifiés et qu’ils doivent les pousser à revoir leurs méthodes de travail de fond en comble et de changer d’optique pour mieux considérer la mission qu’il se sont vue confier.
Le chef du gouvernement a vite fait de mobiliser son équipe et d’annoncer au cours du dernier conseil de gouvernement que désormais six axes majeurs seront pris en compte dans l’exécution du programme gouvernemental comme un cadre de travail homogène et multidimensionnel. Et il  n’est pas superflu pour Saad Eddine El Othmani, de souligner devant ses ministres que le discours du trône doit leur servir de feuille de route et qu’il doit servir à maintenir le cap dans la conjoncture actuelle et jusqu’à la fin de leur mandat, ce qui, soit dit en passant, montre que le nouveau gouvernement qui a dépassé les 100 jours aux affaires naviguait à vue et avait besoin d’une telle boussole que celle que vient de lui offrir le roi.
L’exécutif actuel aurait pu saisir cette perche pour enrichir l’éventail des propositions royales et déclarer avec une certaine modestie que sans ces orientations, le gouvernement serait tout simplement un mauvais élève, sans fil conducteur, sans inspiration, un gouvernement sans projet politique. Il était utile de rappeler cette cruelle vérité.

Commentaires