PARTAGER

Le premier ministre, Abdelilah Benkirane, croyait bien être occupé pour le reste de son mandat avec les priorités de la réforme des retraites et celle de l’enseignement mais voilà que les derniers développements dans le dossier de l’intégrité territoriale lui imposent également de l’inscrire au rang de priorité en réactivant la machine diplomatique qui a tourné au ralenti depuis son arrivée à la tête du gouvernement.

Bien que ce dossier relève directement du roi, à l’origine de la convocation par le premier ministre des chefs de 8 partis politiques, il n’en reste pas moins que ce dernier se doit de veiller à reconstituer l’unanimité de la classe politique autour de cette question et éventuellement en cas de complication majeure, former un gouvernement d’union nationale lors du remaniement prévu pour les prochains jours.

La réunion tenue d’urgence avec les partis politiques lui a permis en tout cas de briser la glace avec ces plus farouches adversaires comme Hamid Chabat et Mustapha Bakkouri et renouer le dialogue avec eux autour de la question sacrée du Sahara afin de les impliquer dans la gestion de la période difficile qui s’annonce après plusieurs années d’une relative accalmie qui a conduit la diplomatie marocaine à se reposer sur ses lauriers sans anticiper les coups qui viennent de lui être assénés.

Par Jalil Nouri

Commentaires