PARTAGER
L’Arabie Saoudite, fidèle allié du Maroc lui a asséné un coup très dur en se mobilisant contre lui avant le vote pour l’organisation de la coupe du monde 2026.
Si le Maroc a perdu son pari c’est en grande partie à cause d’un homme, le patron du sport saoudien, Turki Sheikh, qui bien avant la présentation du dossier marocain, a pris fait et cause pour le dossier adverse des États-Unis, du Canada et du Mexique. Si l’on ne peut lui reprocher d’avoir été franc dès le départ,il est légitime de se poser des questions sur l’attitude des autorités saoudiennes qui n’ont pas lever le petit doigt pour mettre fin aux hostilités de ce sombre personnage qui aura milité avec force pour que le Maroc soit battu.
La veille de l’attribution de cette coupe du monde, l’homme a été vu arpentant les couloirs des hôtels moscovites et dans des salons discrets, tentant, à l’abri des regards, de convaincre des délégations acquises au Maroc, de ne pas lui apporter leur voix au profit de son rival.Ce coup de poignard dans le dos va assurément laisser des traces parmi les marocains qui ont suivi ce travail de sape contraire à la confiance régnant entre les deux pays frères. Les autorités saoudiennes et le roi Salmane n’ont-ils pas été prévenus de cette trahison. Quant aux motivations réelles de Turki Sheikh, il ne faut pas être devin pour imaginer leur origine. Il mérite, en tout cas, d’être récompensé pour son efficacité et les services rendus au président Donald Trump qui gagne deux grandes victoires en 24 heures: son rapprochement avec la Corée du Nord et l’organisation de la coupe du monde 2026, bien qu’il ne sera pas là pour savourer son triomphe sur un Maroc déçu.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires