PARTAGER
Ce n’est pas parce que l’on s’appelle Jamel Debbouze que l’on peut tout se permettre, surtout d’organiser un supposé festival du rire, au cours duquel la réputation des marocains a été piétinée et leur dignité insultée.
Il y a eu tout d’abord et pour rappel, la honteuse déclaration de l’humoriste français et guest star habituel du « Marrakech du Rire » qui a soulevé une vague de révolte et d’indignation parmi les marocains et à travers laquelle il a, faut-il le rappeler, déclaré que ces derniers avaient dix siècles de retard au niveau culturel, un affront toujours pas lavé par l’organisateur Debbouze malgré les excuses tardives et peu sincères de l’intéressé. Jamel Debbouze n’a pas jugé que les marocains étaient à la hauteur de ces excuses, une raison suffisante qui , à elle seule, justifierait le boycott de son festival. a l’évidence, les marocains qui ont dix ans de retard au niveau culturel ne sont pas en mesure de comprendre la philosophie du programme éclectique de son festival de l’insulte.
Ce n’est pas tout puisque la facture restera encore plus salée cette année puisque c’est ajouté la piteuse prestation de l’animateur télé, Rachid Allali, loin de pouvoir faire rire l’assistance, s’est mis aussi en tête de traîner ses compatriotes dans la boue en se moquant de leurs capacités professionnelles et en louant celles des français.
Les marocains attendent toujours les excuses du patron de ce festival, Jamel Debbouze, qui n’a pas daigné réagir jusqu’à présent pour corriger ces dérapages.
Par Jalil Nouri

Commentaires