Le FICMT souffle sa 17e bougie

Le FICMT souffle sa 17e bougie

115
0
PARTAGER

Cette belle ville devient la capitale du cinéma pendant dix jours, où réalisateurs, acteurs et producteurs du monde se rassemblent pour profiter des meilleurs films dans un cadre unique.

Cette année, la compétition dotée de prix d’une valeur globale de 350.000 dirhams opposera une quarantaine de films : 11 longs métrages, 17 courts métrages et 12 documentaires.

Présidé par le réalisateur russe, Igor Minaiev, le jury des longs métrages comprend Khaled Youssef, metteur en scène égyptien, Maurizio Zaccaro, réalisateur italien, Noureddine Affaya, universitaire marocain, Jean Pierre Rhem, délégué Général de FiDMarseille, et Margarita Maguregui Fernandez, directrice du Festival International du Cinéma Indépendant de Barcelone.

Il s’agit de « La mousquitera » de Agosti Vila (Espagne), « Kosmos » de Reha Erdem (Turquie), « Le quattro volte » de Michelangelo Frammartino, « La bella gente » de Ivano de Matteo (Italie), « Angèle et Tony » de Alix Delaporte (France), « La place » de Dahmane Ouzid (Algérie), « Deux filles d’Egypte » de Mohammed Amine (Egypte), « 678 » de Mohammed Diab (Egypte), « Aile d’amour » de Abdelhay Laraki (Maroc), « La mosquée » de Daoud Aoulad Saïd (Maroc), « Damascus avec mon amour » de Mahmoud Abdelaziz (Syrie).

En marge de la compétition officielle, seront également projetés des films hors compétition : « Baaria », film de Guiseppe Tornatore (Italie), « Cellule 211″ de Daniel Monzon (Espagne), « Vénus noire » de Abdellatif Kachich (Tunisie), « Rodage » de Nidal Al-Dibs (Syrie), « Potiche » de François Ozon (France), « Fin décembre » de Moez Kamoun (Tunisie), « Larbi » de Driss M’rini (Maroc, 2011) et « Majid » de Nassim Abassi (Maroc).

Des hommages seront, par ailleurs, rendus aux réalisateurs Claude Chabrol (France), Daoud Abdelsayed (Egypte), Abdelkhader Lagtaa (Maroc) et Chus Gutierrez (Espagne).

L’invité du festival sera le Mexique. Plusieurs productions mexicaines seront projetées dans ce contexte, dont notamment le film « Pureza » de Arturo Ripstein, 1973, « El callejon de los milagros » de Jorge Fons, 1995 et « Chico grande » de Felipe Cazais, 2010.

Par ailleurs, un colloque sous le thème « Film documentaire : problématiques, thèmes et défis », ainsi qu’une table ronde sur « les expériences éducatives et associatives dans la promotion de cinéma en Méditerranée » seront organisés en marge de ce festival marqué par des rencontres et débats avec les réalisateurs, les professionnels et les délégations grecque et Mexicaine.
C’est en 1985 que le Festival International du Cinéma Méditerranéen de Tétouan est créé par un groupe de cinéphiles réunis dans l’Association des Amis du Cinéma de Tétouan. Il s’est fixé pour objectifs la promotion et la mise en valeur des cinématographies des pays du pourtour méditerranéen.

Le FICMT est devenu l’endroit idéal pour connaitre de près toutes les nouveautés de l’industrie cinématographique.

 

_____

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

 

Commentaires