Le film des évènements en Tunisie

Le film des évènements en Tunisie

317
0
PARTAGER

- Des milliers de manifestants se rassemblent dès le matin à Tunis et en province –Sidi Bouzid et Regueb (centre-ouest), Kairouan (centre)– aux cris de « Ben Ali dehors ».
- Le ministre tunisien des affaires étrangères Kamel Morjane estime possible la formation d’un gouvernement d’union nationale.
- Dans l’après-midi, à Tunis, les manifestants sont dispersés par la police à coups de grenades lacrymogènes. Des heurts violents opposent manifestants et policiers anti-émeutes. Un photographe français est blessé à la tête par un tir de gaz lacrymogène.
- Des blindés de l’armée se déploient devant les ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères et devant la Télévision et radio nationales.
- Ben Ali limoge son gouvernement dans le cadre de mesures d’apaisement annoncées la veille et appelle à des législatives anticipées dans six mois, déclare le Premier ministre Mohammed Ghannouchi, qui indique avoir été chargé de former le nouveau gouvernement.
- Des voyagistes rapatrient des milliers de touristes européens. Air France annule ses vols à destination et à partir de Tunis.
- L’état d’urgence est décrété dans tout le pays. L’armée contrôle l’aéroport de Tunis qui est fermé.
- Le chef du Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT, interdit), Hamma Hammami, interpellé mercredi, est libéré.
- Les principaux partis d’opposition tunisiens, légaux comme interdits, demandent « le départ de Ben Ali et l’instauration d’un gouvernement provisoire chargé dans les six mois d’organiser des élections libres », dans une déclaration publiée à Paris.
- Le Premier ministre Mohammed Ghannouchi annonce à 17H00 GMT à la télévision qu’il assure l’intérim de la présidence en remplacement de Zine El Abidine Ben Ali, qui a quitté le pays après 23 ans de pouvoir.
Il lance un appel à l’unité des Tunisiens, toutes sensibilités confondues et assure que la Constitution sera respectée.
- Selon la Fédération internationale des ligues de droits de l’homme (FIDH), 66 personnes ont été tuées depuis le début mi-décembre des émeutes. En outre jeudi, 13 civils ont été tués à Tunis et sa banlieue et 2 autres à Kairouan, selon des témoins et des sources médicales.

AFP

Commentaires