LE FUTUR GOUVERNEMENTAL AVEC LE PJD

LE FUTUR GOUVERNEMENTAL AVEC LE PJD

182
0
PARTAGER

Le score large de cette victoire en dit long sur le degré d’implantation du parti dirigé par Abdelilah Benkirane, artisan majeur de l’avancée fulgurante de sa formation, après avoir donné inlassablement des signes de modération et des gages contre tout conservatisme religieux et contre toute atteinte aux libertés publiques en promettant aux marocains de continuer à évoluer dans une société tolérante et ouverte.

Là s’arrêtent les promesses pour ouvrir les pages des lendemains et de l’avenir. Ce parti ne pourra pas de toute évidence gouverner seul mais la couleur du PJD restera dominante et les grandes décisions lui appartiendront sur la base de son programme électoral dont la dimension sociale restera prégnante.

Il ne faut pas oublier pour cela que ce parti s’est construit et renforcé tout le long de ces dernières années en tenant un discours et en adoptant une démarche solidaires avec les couches les plus défavorisées qui constituent sa base électorale. Le PJD s’attachera ainsi et pas pour la forme à cultiver une image austère qui tranchera avec celle, dépensière et clinquante des précédents gouvernements.

Faisant du parti de l’Istiqlal son principal allié dans la future composition gouvernementale et au parlement, la formation islamiste, qui découvrira pour la première fois la gestion des affaires publiques, aura à affronter en les découvrant, des défis majeurs à relever, particulièrement dans les domaines économique et social et à s’habituer à des responsabilités nouvelles pour lesquelles elle manque d’expérience et de profils adéquats. Le premier test, très sensible, sera d’entrée de jeu, la confection de la loi de finances, que le précédent gouvernement n’a pu adopter pour des raisons encore très floues. Ce sera la première confrontation avec le réel et le premier test de ce gouvernement face à une opposition à peine relevée de son ko électoral. Difficile d’envisager plus dure entrée en matière pour inaugurer un mandat qui s’annonce d’ores et déjà délicat avec la prise en charge, pour la première fois par un parti politique, de porte-feuilles qui relevaient des ministères de souveraineté et pour lesquels la transition ne risque pas de se passer en douceur.

D’autres points délicats comme le tarissement des caisses de l’état, la réforme de la caisse de compensation, l’adoption du principe d’un fonds de solidarité nationale et surtout la création urgente d’emplois par centaines de milliers viendront peser lourd sur le travail d’un gouvernement à qui il faudra du temps pour se familiariser et s’acclimater à une cohabitation avec un ou plusieurs partis qui formeront le prochain exécutif.

La nouvelle gouvernance prônée par le PJD aura-t-elle tout l’impact souhaité dans son application quotidienne ou bien sera-t-elle un vain mot et une simple promesse électorale ? La tâche et la responsabilité sont extrêmement dures, et le secrétaire général du PJD, probablement futur premier ministre, en a déjà modestement convenu.

Jalil Nouri pour Actu-maroc.com_____________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires