LE GOUVERNEMENT BENKIRANE AFFRONTE SA PREMIÈRE GRÉVE GÉNÉRALE

LE GOUVERNEMENT BENKIRANE AFFRONTE SA PREMIÈRE GRÉVE GÉNÉRALE

335
0
PARTAGER

 

Après une longue période de gestation et de patience, les centrales les plus importantes, à l’exception du l’UNTM, le bras syndical du parti islamique du PJD qui conduit le gouvernement, ont décidé de mettre à exécution dès cette semaine leur menace d’observer une arrêt du travail cette semaine qui sera suivi par d’autres jusqu’à mettre pied à terre. Il faut traduire par là, jusqu’à ce que l’exécutif, accusé de faire cavalier seul dans la mise en oeuvre des réformes touchant aux intérêts des travailleurs, descende de sa tour d’ivoire et cesse de prendre les syndicats pour des représentants de pacotille de cette frange importante de la société.

A prendre le pouls de ces syndicats dont le premier ministre Abdelilah Benkirane, estime que la décision de cette grève n’a aucun sens, l’impression générale est que la deuxième partie du mandat de l’actuelle majorité ne sera pas aussi paisible que la première. Pire encore, des observateurs de la vie syndicale estiment qu’une tension jamais vécue depuis les douloureux événements de l’année 1981, connus sous l’appelation générique de « Crise du Pain », commence à prendre forme avec un ras-le-bol populaire perceptible à cause des effets conjugués des atteintes répétées au pouvoir d’achat des couches les plus défavorisées et des promesses électorales du PJD, toujours non tenues, qui ont exacerbé ce climat .

Ni mise en chantier du Fonds de Cohésion Sociale promis à cette catégorie de la population ni les indemnités promises aux veuves, ni les mesures d’aide destinées à atténuer le choc de la décompensation ne sont venues servir de soupape pour contenir le mécontentement. Avec un gouvernement affaibli par la lenteur et l’inefficacité rampante de son action, les syndicats ont compris que le moment était venu de montrer leur biceps et de lui rendre la monnaie de la pièce pour les avoir pris de haut. Le signal politique de la décision de cette grève et des autres à venir avec la probabilité d’un durcissement est à trouver dans son timing avec la rentrée politique et parlementaire. La fin de l’année 2014 et les premiers mois de 2015 s’annoncent comme la période la plus chaude et la plus incertaine pour ce gouvernement qui ne devra s’en prendre qu’à lui-même.

Jalil Nouri

Actu-maroc.com ____________________________

Pour rejoindre la page facebook de votre journal actu-maroc.com, d’autres informations vous attendent, aimez la page en cliquant sur le lien ci-après:  https://www.facebook.com/pages/Actu-Maroccom/107076616014235?ref=ts&fref=ts

 

Presse Actualité journal Maroc marocaine infos news Rabat Casablanca Marrakech Agadir Fés Tanger horaires de prière Agression voilée

faits divers politique économie accident cnops ministère ambassade cnss police douane trafic drogue prostitution pédophilie

Commentaires