PARTAGER
Si son prédécesseur Abdelilah Benkirane a battu le record de retard enregistré dans la formation d’un gouvernement, son successeur, El Othamani risque de battre celui de la rapidité dans la constitution d’une équipe gouvernementale homogène.
Dans sa première interview à la presse, accordée à un journaliste espagnol, il faut le noter, le chef de gouvernement a affirmé que son exécutif sera présenté au roi pour validation dans un délai très court, ce qu’il faut traduire par quelques jours. Il semble donc bien respecter le délai de deux semaines sur lequel aurait insisté le souverain, nous faisant oublier les tractations interminables d’un Benkirane se noyant dans des conciliabules sans fin à donner le vertige aux plus aguerris. El Othmani semble avoir gagné une autre partie, celle de pousser la direction de sa formation à appuyer ses efforts sans retarder ses tractations comme celà a pu être remarqué lors du premier round qui a été sanctionné par un communiqué optimiste , une fois n’est pas coutume, comme si la méthodologie d’El Othmani était finalement la bonne et la seule pour la suite.  Du coup, ce dernier pourrait parvenir avec les autres membres de la future coalition sur un accord concernant la répartition des portefeuilles avant d’élaborer un programme, ce qui serait une première, le programme n’étant plus une priorité.

Commentaires