PARTAGER
Les ministres du gouvernement semblent avoir déjà le regard tourné vers les élections pour s’assurer qu’ils disposeront d’un deuxième mandat.
A sept mois des élections législatives du 7 octobre prochain sont en effet plus soucieux de leur propre avenir politique et professionnel que de la chose publique et des dossiers entassés et en suspens sur leurs bureaux alors que certains d’entre eux semblent plutôt préoccupés par la nomination aux hautes fonctions avant leur départ de proches et de militants de leur parti en guise de cadeau de reconnaissance pour leur atterrissage dans un poste ministériel.
Des témoignages dans certains cabinets que l’activité des ministres a baissé d’intensité alors que l’assiduité n’est plus de mise, bon nombre d’entre eux préférant travailler à partir de chez eux, n’en sortant que pour des audiences ou pour le conseil de gouvernement et autres cérémonies protocolaires qui exigent leur présence indispensable.
Cette baisse de régime constatée n’est pas pour aller de ^pair avec la volonté du chef de gouvernement de mettre le turbo dans cette dernière ligne droite afin de rattraper les nombreux retards enregistrés dans l’adoption de lois organiques induits par la constitution de 2011 et qui traînent depuis cette date malgré les rappels à l’ordre du souverain dans ses différents discours .
Il faudra d’autres arguments autrement plus dissuasifs au chef du gouvernement pour augmenter la cadence et le rendement.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires