Le gouvernement irlandais au pied du mur pour convoquer des élections

Le gouvernement irlandais au pied du mur pour convoquer des élections

318
0
PARTAGER

Le parti écologiste a annoncé dimanche son retrait de la coalition au gouvernement en Irlande, au terme d’une semaine de crise, qui a vu six ministres démissionner coup sur coup, puis l’annonce par le Premier ministre Brian Cowen qu’il renonçait à la direction de son parti Fianna Fail (centre).

Le vieux loup de la politique irlandaise espérait ainsi désamorcer la crise et rester à son poste de Premier ministre jusqu’à la date qu’il avait lui-même fixée pour les élections, le 11 mars.
Mais la pression est montée tout le week-end et le départ des Verts rend désormais inéluctable la convocation d’élections, le Fianna Fail ne disposant plus d’une majorité parlementaire.
« Notre patience est à bout », a déclaré dimanche le chef du parti écologiste, évoquant « le manque de communication et l’effondrement de la confiance ». John Gormley a jugé « des élections absolument nécessaires ». « Nous avons décidé que nous ne pouvions pas rester plus longtemps au gouvernement », a indiqué M. Gormley.
Il a toutefois indiqué que son parti se comporterait « de manière responsable » et « soutiendrait le vote de la loi de Finances depuis les bancs de l’opposition ».

Le Premier ministre a aussitôt indiqué qu’il « acceptait la décision des Verts », tout en ajoutant qu’il resterait à son poste jusqu’au vote de la loi de finances. Il a jugé « impossible » de voter la loi d’ici vendredi, comme le demandent les partis d’opposition.

La loi de Finances, qui parachève le budget irlandais le plus rigoureux de l’histoire du pays, n’a été publiée que vendredi et devait être examinée à partir de la semaine prochaine au parlement. Or, celui-ci doit être dissous trois semaines avant les élections. Ce qui rend improbable une date pour les élections avant mi février.

Une réunion avec les responsables de l’opposition doit se tenir lundi « pour discuter du passage de la loi de manière réaliste », a indiqué Brian Cowen.

Le ministre des Finances Brian Lenihan a rappelé « l’importance vitale » du texte, notamment pour « établir la confiance de la communauté internationale ». Il a estimé que certaines parties du texte pourraient être renvoyées à une loi ultérieure, ajoutant « bien sûr, celà veut dire que le calendrier pour les élections sera également accéléré ».

Les deux principaux partis d’opposition, Labour (gauche) et Fine Gael (centre) se sont engagés à accélérer le passage de la loi au parlement, en échange de l’annonce d’une nouvelle date pour les élections.

Le numéro deux du Fine Gael James Reilly a affirmé que son parti allait « expédier » la loi et déposerait une motion de défiance si elle n’était pas votée d’ici vendredi. Le Labour a déjà déposé une motion de défiance.

Le Premier ministre Brian Cowen bat des records d’impopularité pour sa gestion de la crise financière irlandaise, qui a imposé de lourds sacrifices à la population, et pour avoir mis au point un plan de sauvetage de 85 milliards d’euros avec l’Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI), ressenti comme un abandon de souveraineté en Irlande.

Brian Cowen laisse un parti en piètre état: le Fianna Fail n’est plus crédité que de 14% des intentions de vote.

Le parti devra choisir son nouveau leader mercredi à 14H00 GMT. Quatre candidats se sont déjà déclarés. L’ex-ministre des Affaires étrangères Micheal Martin, à la tête de la rébellion qui a précipité la démission de Brian Cowen, est donné favori.

AFP

Commentaires