PARTAGER

Si le gouvernement marocain a toujours eu des relations en dents de scie avec les grandes et puissantes Ong internationales en charge des droits de l’homme, rien n’explique aujourd’hui qu’il coupe tout contact avec les principales d’entre elles, à savoir Amnesty International et Human Rights Watch. Lassent d’attendre d’être reçues par le chef du gouvernement pour faire table rase du passé et clarifier leur position, ces deux organisations qui plaident leur bonne foi et se défendent de tout parti pris à l’égard du royaume, disent ne pas comprendre l’attitude du gouvernement qui, curieusement ne semble pas vouloir leur accorder plus d’importance qu’elles n’ont réellement. Une attitude discutable, car Amnesty et Human Rights Watch ont une grande capacité de nuisance avec leurs réseaux auprès des gouvernements et dans les forums internationaux. Ne pas les recevoir ni établir des contacts avec elles au plus haut niveau, est une décision qui pourrait se retourner contre le Maroc qui pourrait , une nouvelle fois, comme par le passé dans les années 80 se retrouver au ban de la communauté internationale et voir son image écornée sur les droits de l’homme.

Pour expliquer son refus, le gouvernement avance que les deux ONG travaillent pour l’agenda des ennemis de l’intégrité territoriale du pays, chose qui reste discutable.

Autant avoir donc une discussion franche et directe avec les intéressés au lieu de laisser le ver dans cette pomme de discorde.

Commentaires