PARTAGER

La contestation dans le RIf connue sous le nom générique de « Hirak » risque de faire d’autres victimes collatérales après le limogeage de 4 ministres et de 14 hauts responsables au sein de l’administration.

Les différents rapports commandités par le roi Mohammed VI a la Cour des Comptes mettent, en effet le doigt sur des défaillances et des manquements, non seulement au niveau des CRI, les Centres d’Investissements Régionaux, mais également au niveau des agences de développements, notamment celle du Nord qui aurait échoué dans sa mission première d’initier et mener des projets de développements. L’occasion serait donc venue de revoir et mettre fin à leur mission en trouvant de nouveaux schémas avec l’entrée en vigueur de la régionalisation avancée. Il y a bien longtemps que tous les CRI au nombre de 16 dans l’ancien découpage et les trois agences de développement, celle du Nord, celle de l’Oriental et celle du Sud, englobant toutes les provinces sahariennes, ont montré leurs limites comme catalyseurs de développement des régions qu’elles couvrent et la facilitation et le soutien aux investissements pour les CRI.

Le souverain avait souligné ces insuffisances lors de ces derniers discours pour lancer une profonde réflexion dans la foulée sur les alternatives.

 

Par Jalil Nouri

 

Actu-maroc.com

Commentaires