PARTAGER
Plus que quelques jours avant que la contestation sociale dans la région du Rif appuiera sur le bouton du bobinage pour regarder en arrière et dresser un bilan d’une année pleine de tensions qui s’est achevée cet été en une queue de poisson après l’arrestation de ses principaux meneurs.
Si l’ordre a été rétabli et les chantiers promis repris leurs travaux pour combler les attentes les plus urgentes, tout n’est pas réglé pour autant, tant que les verdicts des tribunaux n’auront pas été prononcés dans le respect des droits des personnes poursuivies et des procédures en vigueur. Preuve que cette page agitée de l’histoire du Maroc est sur le chemin de l’oubli après avoir fait croire qu’elle emporterait la stabilité du pays, la presse nationale ne revient lus dans son ensemble sur les ultimes tressaillements d’une crise qui s’est emballée dangereusement avant de gangrener toute une région.
Les regards du gouvernements et des sécuritaires restent braqués de crainte d’une rechute susceptible d’intervenir à tout moment car les problèmes de fond subsistent et la méfiance présente de la part d’une population qui ne croit plus aux promesses et exige la libération des détenus comme condition du retour définitif au calme. Un geste de clémence reste indispensable pour réinstaurer la confiance..
Par Jalil Nouri
Tags : 2m medi 1 tv, information, info, scoop, actualités, Maroc, Rabat, Marrakech, Casablanca, Tanger, faits divers, capitaux, snrt, agression, politique, sport, économie, visa, Qatar, France, marocains, hirak, manifestations

Commentaires