PARTAGER
Le débat sur la production de kif dans le nord du Maroc, longtemps occulté par la classe politique par calcul électoral, refait désormais surface dans les agendas avec une curieuse prépondérance poussant ce thème a être omniprésent.
Sans surprise, ce sont les deux formations rivales des islamistes du PJD et celle du PAM, données tous deux comme les prochains vainqueurs lors des élections législatives du 7 octobre prochain qui animent ce débat pour des raisons différentes. Si les premiers considère le sujet comme tabou et ligne rouge à ne pas traiter dans le cadre des politiques publiques, leurs adversaires estiment, tout au contraire, que le débat a trop longtemps été reporté et qu’il est grand temps de l’amorcer pour le servir chaud à la prochaine équipe gouvernementale en misant pour cela sur une première place.
Le secrétaire général du Pam, Ilyas El Omary qui connait bien le sujet puisqu’il va même jusqu’à lui consacrer une conférence internationale en tant que président de la région du nord dont il est issue et qui est connue pour être le haut lieu de la production de kif, estime qu’il y a urgence à examiner ce dossier et à trouver des solutions sous l’angle social, dont il jure qu’il est sa principale préoccupation, loin de toute surenchère politique.
Un discours bien rôdé auquel les islamistes restent insensibles, affirmant que le secrétaire général du Pam est actionné et travaille au service de lobbies qui lui accordent une contre-partie financière. De graves accusations pour lesquelles le concerné n’a jamais déposé de plainte, ce qui vient parasiter une campagne dans laquelle le kif s’invite par la grande porte.
Par Jalil Nouri

Commentaires