PARTAGER

Décédé à l’âge de 93 ans des suite de complications après un AVC, l’ancien ministre et président israélien est de tous ses successeurs et prédécesseurs celui qui aura été le plus proche du Maroc et celui qui aura le plus œuvré pour une normalisation avec le royaume.

Fort de sa proximité et son amitié avec le roi défunt Hassan 2 et toujours à l’écoute de ses compatriotes d’origine marocaine qui ne se lassaient jamais de lui demander d’ouvrir une ambassade israélienne à Rabat, l’homme regrettera de son vivant de ne pas y être parvenu et se contentera d’un bureau de liaison, fermé depuis. De ses liens étroits avec le royaume naitra une toile de relations avec les intellectuels marocains qui le fera revenir très souvent dans le royaume où l’on pouvait le voir déambuler dans les rues de Casablanca en leur compagnie, à l’image du dramaturge Tayeb Saddiki, qui l’avait aidé dans ses efforts de normalisation .

Hassan 2 avait été l’un des premiers à comprendre que cet homme voulait la paix de manière définitive avec les arabes et qu’il fallait l’écouter, ce que ne cessait de faire le roi défunt pour lui laisser l’initiative d’entrer dans l’histoire, mais cette « Histoire » en a jugé autrement.

Commentaires