Le leadership du Maroc en matière de développement des énergies renouvelables désormais...

Le leadership du Maroc en matière de développement des énergies renouvelables désormais reconnu, affirme Mme Benkhadra

300
0
PARTAGER

-Par Abdelghani Aouifia

Dans un entretien accordé à la MAP à l’issue d’une visite de travail de deux jours en Grande-Bretagne, Mme Benkhadra a souligné que les interlocuteurs britanniques « reconnaissent la clairvoyance et le dynamisme de la politique mise en Âœuvre par le Maroc pour le développement du secteur des énergies, en particuliers les énergies renouvelables ».

Les visites et les conférences auxquelles le Maroc a pris part dans la capitale britannique durant les dernières années ont offert l’occasion idoine pour présenter aux interlocuteurs britanniques et internationaux la vision et les programmes stratégiques du Maroc dans ce domaine géostratégique, qui est au cÂœur du développement économique et social.

Mme Benkhadra a, dans ce contexte, expliqué que les rencontres qu’elle a eues durant son séjour à Londres avec plusieurs responsables gouvernementaux et représentants des principales compagnies opérant dans le secteur ont fait ressortir la place de plus en plus important qu’occupe le Maroc dans ce secteur.

Ces responsables et opérateurs « reconnaissent au Maroc cette clairvoyance dans la mise en place d’une dynamique de développement multisectoriel qui s’accompagne d’une vision et de plans d’actions très clairs dans le domaine de l’énergie grâce notamment au plan de développement de l’énergie solaire et de l’énergie éolienne », a-t-elle dit.

« Ces programmes de développement sont le fruit de la vision de SM le Roi Mohammed VI, qui a donné Ses orientations pour donner toutes les chances de succès à ses programmes de développement », a souligné la ministre.

Lors de sa visite à Londres Mme Benkhadra a pris part à une importante conférence, tenue au siège du prestigieux institut royal des affaires internationales (Chatham House), sur les perspectives d’investissement dans le domaine énergétique dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du nord.

La participation du Maroc à cette conférence, confortée grâce à l’implication personnelle de l’ambassadeur du Maroc en Grande-Bretagne, Chrifa Lalla Joumala, a conforté le Maroc dans sa position de pays qui a son mot à dire au sujet des orientations du marché international de l’énergie.

« L’expérience marocaine est désormais reconnue comme une expérience phare qui mérite d’être déployée ailleurs et d’être encouragée », a dit la ministre, notant que les interlocuteurs britanniques ont salué les efforts consentis, dans ce domaine, par le Maroc, efforts qui trouvent leur reflet dans les stratégies de développement mises en Âœuvre à court, moyen et long termes, avec des perspectives d’évolution allant à 2020 et 2030.

« Ils ont rendu hommage au Maroc pour les efforts qu’il ne cesse de consentir avec sérieux, conviction et volontarisme », a-t-elle dit, ajoutant que le Maroc a élaboré des plans aussi pratiques que pragmatiques avec des mesures favorisant l’aboutissement de ces plans en termes de réglementation, de clarification du cadre d’intervention et par la vision intégrée de ces projets à même de générer des investissements et d’autres avantages au niveau notamment de la recherche et de la formation.

Nombres de compagnies notamment britanniques souhaitent investir dans le domaine des énergies nouvelles au Maroc, a-t-elle dit, ajoutant que ces compagnies devront se rendre au Maroc pour soumettre des demandes concrètes.

Deux entreprises britanniques ont déjà identifié des zones où elles souhaiteraient réaliser des projets dans le domaine de l’énergie éolienne, a précisé Mme Benkhadra.

+le parc éolien de Tarfaya et la centrale de Safi, deux modèles de coopération anglo-marocaine

La ministre de l’énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement s’est, par ailleurs, félicitée de l’entrée sur le marché marocain de la compagnie britannique Power International.

Ce groupe, pionnier dans le domaine de l’énergie éolienne au niveau mondial, devra construire un parc éolien à Tarfaya, d’une capacité de 300 Mégawatts.
Le leadership du Maroc en matière de sécurité … (Deux).

« Ce projet qui devra servir de modèle pour les autres compagnies britanniques », a dit Mme Benkhadra, soulignant que la centrale de Safi de production d’électricité à base de charbon propre, sera la plus grande au Maroc avec une capacité de 1320 Mégawatts.

« Il s’agit de projets qui vont montrer aux partenaires que le Maroc est un pays ouvert et attractif pour les investisseurs », a dit la ministre, qui s’est dite convaincue que ces projets « feront des émules dans d’autres domaines ».

Ces deux projets lancés à Tarfaya et à Safi montrent que le Maroc est un pays ouvert qui offre des avantages certains aux investisseurs, a-t-elle dit, relevant que le Maroc travaillent avec les investisseurs de tous les pays à condition qu’ils disposent de l’expertise et l’assise financière nécessaires.

+La communication, moyen efficace pour renforcer le partenariat anglo-marocain

La ministre n’a pas manqué de mettre l’accent sur l’importance de la communication, en tant que moyen efficace pour renforcer davantage le partenariat anglo-marocain et le hisser au niveau des ambitions des responsables des deux pays.

« Il faut maintenir et renforcer l’élan lancé dans ce contexte par Chrifa Lalla Joumala », a encore dit la ministre, rappelant l’importante conférence sur les investissements au Maroc, organisée en novembre 2009 à la City (quartier financier).

Cette conférence, organisée à l’initiative de l’ambassadeur du Maroc à Londres, a permis de bien positionner le Maroc sur le marché britannique et de faire connaitre son dynamisme, a-t-elle dit, relevant que le Maroc est désormais présent dans tous les secteurs (tourisme, énergie, agriculture, aéronautique).

+ Le sondage de Circle Oil au Gharb, « une opération positive »

Interrogée au sujet du sondage effectué récemment par la compagnie Circle Oil dans la région du Gharb, Mme Benkhadra a indiqué qu’il s’agit d' »un sondage positif ».

« Depuis le début de ses travaux de forage dans la région il y a deux ans, la compagnie a eu beaucoup de succès », a-t-elle dit, ajoutant que « tous les sondages effectués ont été positifs sauf un ».

Or, a-t-elle concédé, « il s’agit de petits gisements ou de poches de gaz », notant que l’évaluation qui sera faite d’ici juin prochain « permettra d’avoir une idée précise des réserves ».

« La compagnie déjà engagé des installations de gazoducs pour alimenter à partir des nouveaux puits certains consommateurs », a-t-elle dit, relevant que « tout ceci va dans le sens d’une augmentation de la production, qui reste limitée ».

« Nous ne pouvons pas dire qu’il s’agit de grandes découvertes, mais c’est toujours extrêmement important pour nous d’avoir des résultats positifs », a-t-elle insisté.

Outre sa participation à la conférence de Chatham House, Mme Benkhadra a tenu des séances de travail avec les représentants de plusieurs compagnies britanniques désireuses d’investir dans le secteur de l’énergie au Maroc.

Elle s’est également entretenue avec le ministre de l’Energie et du changement climatique, Chris Huhne, et le Secrétaire d’Etat chargé de l’énergie et des changements climatiques, Charles Hendry.

Commentaires