LE MAROC A FAIT FAUSSE ROUTE SUR LES ENERGIES RENOUVELABLES

LE MAROC A FAIT FAUSSE ROUTE SUR LES ENERGIES RENOUVELABLES

1083
0
PARTAGER

La dernière réunion de travail présidée par le roi Mohammed VI à Tanger avec ses conseillers et tout ce que compte le secteur de l’énergie comme hauts responsables ayant en charge les énergies renouvelables a suscité de nombreuses interrogations poussant certains observateurs à se demander si tout ce qui a été fait dans ce domaine jusqu’à présent n’est pas appelé à être revu de fond en comble pour déboucher sur un nouveau plan stratégique en raison des défaillances de la politique actuelle. Le roi, qui a accordé un délai d’un mois aux responsables des principaux projets, pour sortir une nouvelle feuille de route, semble avoir été conseillé sur la mauvaise route choisie par le pays avec une politique et des choix qui pourraient s’avérer obsolètes dans quelques années et qui amènerait le pays à dépenser plus qu’à économiser en se dotant d’une stratégie d’utilisation d’énergies renouvelables ambitieuse au détriment d’autres en raison des récents soubresauts apparus sur le marché mondial du pétrole dont les prix se sont effondrés pour le rester pour longtemps encore.

Il a toujours été de notoriété publique que les investissements consentis par l’état dans ces énergies comme à titre d’exemple la méga station solaire de Ouarzazate, parmi les plus grandes au monde l’ont été sur la base de modèles économiques et technologiques énormément couteux qui n’assurent ni rentabilité à cour ou moyen terme ni retour sur investissement dans des délais raisonnables. Il s’agit donc de projets disproportionnés par rapport à l’évolution des perspectives et besoins énergétiques du pays et la facture réelle qui en découlera. L’état des lieux et des moyens ont-ils été mal évalués et des décisions stratégiques ont-elles été prises en dépit du bon sens et des mesures prudentielles dans de tels investissements qui engagent la stabilité économique et énergétique du pays. Réponse dans un délai d’un mois.

Par Jalil Nouri

Commentaires