Le Maroc appelle à une action internationale collective pour la consécration du...

Le Maroc appelle à une action internationale collective pour la consécration du droit à l’eau

159
0
PARTAGER

« Le moment est venu de provoquer un sursaut salutaire en interpellant les consciences et en mobilisant toutes les énergies vers la recherche de solutions durables », a affirmé l’ambassadeur devant l’Assemblée générale de l’ONU.

M. Loulichki, qui s’exprimait lors d’une réunion plénière de l’AG consacrée à l’accès à l’eau et à l’assainissement, a mis en relief l’importance de la question du droit à l’eau, se disant inquiet des répercussions de l’absence d’accès à l’eau potable et à l’assainissement sur le droit à la santé et les conditions de vie dans les régions touchées par la sécheresse.

« Comment ne pas être préoccupé lorsque les Nations Unies annoncent qu’en 2025, les deux tiers de la population mondiale, soit 5,5 milliards de personnes, pourraient vivre dans des zones touchées par un stress hydrique modéré ou grave », s’est inquiété l’ambassadeur, en faisant part de la disposition du Royaume à appuyer « toute initiative de nature à contribuer à la pleine reconnaissance du droit universel à l’eau ».

Comme l’a déclaré Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en octobre 2009, « notre défi présent et futur est d’oeuvrer constamment pour la maîtrise de nos ressources, ou l’économie dans leur utilisation, leur valorisation optimale, l’opportunité de leur organisation et la préservation de leur qualité constitueront l’axe central de nos modes de développement », a-t-il dit.

« Le Royaume du Maroc veut s’inscrire de manière volontaire et énergique dans cette dynamique de prise de conscience collective », a affirmé le représentant du Royaume auprès de l’ONU, rappelant, à ce titre, que la problématique de l’accès à l’eau « est au coeur de la réalisation des droits économiques et sociaux auxquels le Maroc est profondément attaché ».

Pour M. Loulichki, « l’engagement du Maroc en faveur de la reconnaissance du droit à l’eau n’est pas nouveau », car, explique-t-il, ce souci s’est manifesté depuis l’indépendance du Royaume, à travers une multitude de politiques ayant érigé l’accès à l’eau en tant que « priorité ».

Sur le plan national, M. Loulichki a mis en exergue les avancées « remarquables » réalisées par le Royaume en matière d’alimentation en eau potable, grâce, notamment, à sa politique des barrages.

Cette politique, initiée dès le début des années 60, a, en effet, permis de porter la capacité de stockage à 17 milliards de m3, et partant, de couvrir les besoins de la totalité des populations des centres urbains et de 60 pc de la population en milieu urbain.

S’agissant des efforts du Royaume pour relever le défi de l’accès à l’eau en milieu rural, M. Loulichki a évoqué, entre autres initiatives, le programme d’approvisionnement groupé en eau potable des populations rurales (PAGER), qui bénéficie à 31.000 localités rurales, soit 11 millions d’habitants.

Afin de donner toute l’impulsion nécessaire à la réalisation des objectifs gouvernementaux en la matière, « le Conseil supérieur de l’eau et du climat présidé par Sa Majesté Le Roi Mohammed VI, veille à formuler les orientations générales de la politique nationale de l’eau et du climat et son impact sur les ressources en eau », a-t-il poursuivi.

De même, M. Loulichki a souligné que la création d’une centaine de stations d’épuration dans les petites et moyennes villes a permis d’enregistrer des résultats significatifs en matière de traitement des eaux usées.

Sur un plan régional et international, l’ambassadeur a mis en relief la « solidarité constante » qu’affiche le Royaume avec les pays confrontés aux difficultés économiques, sociales et humaines relatives à l’accès à l’eau.

Cette solidarité, selon M. Loulichki, est illustrée par l’assistance apportée par le Royaume à des pays frères en particulier en Afrique, dans « le cadre d’une coopération sud-sud active et dynamique, caractérisée par des échanges d’expérience ».

« Le Maroc s’est également toujours montré extrêmement sensible à la situation des pays affectés par les changements climatiques mais aussi à ceux qui le sont par la sécheresse comme c’est malheureusement le cas actuellement dans la Corne de l’Afrique », a-t-il conclu.

En juillet 2010, l’Assemblée générale de l’ONU a adopté une résolution qui déclare que l’accès à l’eau potable et à l’assainissement est un droit humain.

Selon les chiffres de l’ONU, 900 millions d’êtres humains n’ont pas accès à l’eau potable et 2,6 milliards n’ont pas accès à l’assainissement de base, précise-t-on.

 

map______________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires