Le Maroc appelle à une harmonisation des méthodes de travail des organes...

Le Maroc appelle à une harmonisation des méthodes de travail des organes des traités relatifs aux droits de l’Homme

178
0
PARTAGER

Il est nécessaire « d’assurer une synergie entre les différentes composantes de la structure des Nations unies chargée des droits de l’Homme et d’harmoniser les méthodes de travail des différents organes de traités », a affirmé le Représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, l’ambassadeur Mohamed Loulichki, lors d’un séminaire consacré à la réforme des organes de traités relatifs aux droits de l’Homme.

M. Loulichki, a, en outre, soulevé la problématique de la « multiplication des rapports » devant être présentés au titre des différents traités en matière des droits de l’Homme et la capacité des pays en développement à « pouvoir le faire dans les délais impartis ».

Il a, également, évoqué les contraintes auxquelles se trouvent confrontées les pays en développement quant à l’élaboration de rapports périodiques, en raison du « manque ou de l’insuffisance » de l’expertise nationale en la matière, suggérant un « renforcement des capacités » pour permettre à ces Etats de s’acquitter de leurs obligations conventionnelles.

Rappelant l’Examen Périodique Universel, à l’établissement duquel le Maroc a contribué, le diplomate s’est interrogé sur l’impact de ce nouveau mécanisme sur les organes de traités et invité à une réflexion de la part de toutes les parties prenantes en vue d’améliorer leur rendements et alléger le fardeau des Etats parties.

Cet atelier a été animé par les ambassadeurs Représentants permanents de l’Irlande, du Maroc, et de la Pologne dont les pays ont organisé durant les deux dernières années, en coopération avec le Haut Commissariat des droits de l’Homme, des rencontres de réflexion à Dublin, (novembre 2009), Marrakech (juin 2010) et Poznan (septembre 2010) sur cette même thématique.

Ont également pris part à ce séminaire, notamment M. Ivan Simonovic, sous-secrétaire Général Adjoint, Directeur du Bureau du Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme (New York) et M. Ibrahim Salama, Directeur de la division des organes de traités au bureau du Haut Commissariat à Genève.

 

Commentaires