Le Maroc dispose d’une richesse culturelle importante qui mérite d’être renforcée en...

Le Maroc dispose d’une richesse culturelle importante qui mérite d’être renforcée en consolidant la communication entre l’homme et la femme

158
0
PARTAGER

Propos recueillis par Roukane El Ghissassi

« Mon séjour au Maroc a été d’un dépaysement total, j’aime beaucoup son exotisme, il y a une richesse culturelle importante mais il y a énormément de chemin à faire au niveau de la communication entre les hommes et les femmes », a-t-elle déclaré à la MAP, en marge d’une rencontre-témoignage sur son parcours artistique « Leçon de cinéma ».

Jetant un regard sur les mentalités au travers des films projetés, Mme Portal a estimé qu’il faut absolument que s’opère un « élargissement des coutumes. Je ne les vis pas au quotidien, mais j’en suis témoin maintenant dans les films » que j’ai pu regarder tout au long de ce festival.

« Les petits garçons sont vraiment adorables, a-t-elle dit, mais, pourquoi, lorsqu’ils grandissent, ils perdent de leur douceur et de leur innocence? » s’est-elle interrogée.

La comédienne Louise Portal estime qu’ « il n’y a aucune raison, parce que l’homme, « quant il est enfant, il plait, mais c’est la culture, le passé, qui le transforment » au point de mettre de côté cette sensibilité? », a-t-elle déploré.

Cette actrice, dont la sensibilité est « l’instrument » de son métier, plaide pour qu’un effort soit fourni à ce niveau: « il faut travailler sur cette sensibilité ».

« A la sortie du film marocain +La pelote de laine+ de Khadija Saidi Leclère, j’ai pleuré à chaudes larmes », a-t-elle avoué.

Au sujet des films qu’elle a eu l’occasion de regarder tout au long de cette 5-ème édition du festival, Louise Portal a relevé des cas de violence irrémissibles visant la femme.

« Il est inadmissible que cette violence continue à exister, alors qu’on est en 2011″, a martelé la présidente du jury du festival.

Et lorsque des hommes s’adressent à elle en lui disant « Louise, vous êtes belle », elle leur répond: « vos femmes sont aussi belles, laissez-les s’épanouir! ».

Abordant la condition des femmes, la comédienne québécoise qui a interprété plusieurs rôles de cinéma estime que « lorsqu’on essaye d’aller vers sa propre essence, c’est-à-dire de reconnaître ce qui peut nous faire vibrer, à ce moment, on peut garder le coeur ouvert, rester sensible et amoureuse ».

En même temps, a-t-elle estimé, « il importe à tout un chacun de savoir où est son chemin, où est sa ligne de conduite, et à ce moment nous devenons maître de notre destin, personne ne peut nous le dicter ».

Certes, pour ma part, « j’ai eu beaucoup d’aide de ma famille, ma mère et mon père m’ont toujours épaulée dans mes choix et ont toujours été assez ouverts », a-t-elle rappelé, nostalgique.

Cependant, a-t-elle rappelé, « il y a eu des embûches et j’ai été refusée à l’école de théâtre au Québec la première où je m’étais présentée. J’aurai pu abandonner à ce moment là, mais pour moi au contraire ça été comme une pierre que j’ai reçue, qui m’a permis de construire le pavé de mon avenir ».

S’en est construit ensuite « une force en moi, un équilibre intérieur, qui ont été nourris par l’expérience de la vie, la spiritualité, la création et l’amour », a-t-elle renchéri.

Pour parvenir à cet équilibre, Louise Portal a estimé que ce n’est pas chose aisée: « j’ai une soeur qui est décédée il y a un an parce qu’elle n’a pas retrouvé cet équilibre », a-t-elle confiée.

Pour l’artiste, cette recherche d’équilibre intérieur n’est pas propre à un pays donné, mais se pose au niveau universel.

En plus de 35 ans de carrière, ce ne sont pas les honneurs et distinctions qui manquent à cette actrice, pour ses rôles au cinéma et à la télévision et pour ses écrits et ses disques.

Louise Portal a été nominée à maintes reprises et a reçu de nombreuses récompenses dont le prix Génie de la meilleure actrice de soutien pour « Le déclin de l’empire américain » en 1996-97, le prix Guy-L’Ecuyer de la meilleure interprète pour « Sous sol », en 2000, le prix Gémeaux de la meilleure actrice dans un téléroman pour « Graffiti » en 1994 et 1996, outre le prix de la presse au prestigieux Festival de la chanson de Spa en Belgique en 1983.

 

map________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires