PARTAGER
Fin de partie au Conseil de Sécurité de l’ONU avec une sortie honorable pour le  royaume dans le dossier du Sahara et le différend qui l’oppose au secrétaire général , Ban Ki Moun, en raison de ses prises de position partiales dans ce conflit.
Ce différend, pour rappel, a poussé le Maroc à expulser la majorité des membres de la composante civile de la force des maintien de la paix présente au Sahara, la Minurso.
Dans la résolution adoptée ce vendredi et qui fera date, le Maroc n’est pas condamné pour son geste et aucune sanction n’y a été évoquée. Il s’agit là d’un geste d’apaisement envers Rabat qui devra tout de même faire preuve de souplesse à l’avenir et surtout pendant les trois prochains mois pour mener des négociations avec l’Onu et autoriser le retour du personnel expulsé. Ce sera la seule mesure contraignante de ce texte.
Pour le reste, Rabat engrange de nouveaux points et des succès qui viennent conforter ses position, lui donnant raison pour le plan d’autonomie proposé et le recensement des réfugiés dans les camps de Tindouf. Suite à ce vote favorable, Rabat n’a pas tardé à crier victoire dans un communiqué triomphant du ministère des affaires étrangères, sauf que l’alerte a été chaude ces dernières semaines. A ce dernier de tirer à présent les leçons des dernières péripéties et revoir ses alliances .
Ce sera une tâche prioritaire et urgente avec à la clé une nouvelle distribution des cartes d’amitié et une recomposition des cercles de soutien à la cause nationale. Redoubler d’efforts et rester vigilants et réalistes seront les mots d’ordre pour se prémunir des mauvais coups d’où qu’ils viennent.
Par Jalil Nouri

Commentaires