PARTAGER

Sans surprise, le Maroc a marqué, avec l’aide de trois pays amis membres du Conseil de Sécurité, des points importants contre le secrétaire général de l’ONU, en conflit direct avec le royaume suite à des propos hostiles.

Le siège des Nations-Unies à New-York à abrité ce lundi un déjeuner informel pour entendre Ban Ki Moon qui ne s’est pas conclu, comme le souhaitait ce dernier, sur une déclaration de soutien dans le différend qui l’oppose à Rabat, le plongeon dans une profonde déception.

Le ton général de cette rencontre a prouvé que le Conseil de Sécurité cherche l’apaisement à tout prix avec le royaume quitte à lâcher son secrétaire général dans cette affaire embarrassante pour sa cohésion dans la mesure où plusieurs pays ont pris fait et cause pour la position marocaine bien qu’elle tende vers un durcissement.

Le Maroc a décidé ces dernières heures de rendre la vie difficile à la force de maintien de la paix au Sahara, la Minurso, de fermer son antenne de la ville de Dakhla, sans pour exiger dans la foulée et pour autant de quitter le territoire marocain. Ce durcissement fait craindre au Conseil de Sécurité un pas supplémentaire vers l’aggravation de cette crise et une reprise des combats avec le Polisario.

Tous les efforts sont entrepris actuellement dans ce qui s’apparente à une course contre la montre pour éteindre cet incendie déclenché par les propos anti-marocains du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon.

Commentaires