LE MAROC , MALADE DE SON FOOTBALL

LE MAROC , MALADE DE SON FOOTBALL

414
0
PARTAGER

L’élimination de l’équipe nationale de la coupe d’Afrique va faire couler beaucoup d’encre et amener les marocains, connaisseurs de la chose footballistique et néophytes , et se lancer dans toutes les explications et interprétations possibles pour donner à ces contre-performances répétées qui nous classent parmi les plus mauvais élèves du continent. Le  football  marocain  ne fait plus rêver, c’est clair, mais plus grave encore, il a fini de convaincre les plus optimistes de s’en détourner et de ne plus croire en sa possible renaissance.

 

Mais à bien y réfléchir, la faute n’incombe guère aux joueurs ni aux entraîneurs respectifs, mais plutôt aux gestionnaires de cette discipline dont le dénominateur commun est leur ignorance  du reste désolante en matière de football. Sans stratégie pensée avec clairvoyance , sans réflexion profonde sur le long terme basée sur des comparatifs rationnels, les dirigeants de la fédération naviguent à vue depuis des années, promettant à chaque sortie de route que la prochaine fois sera meilleure.

Depuis que des joueurs marocains font le bonheur de clubs européens, la fédération a cru en la solution de facilité consistant à privilégier cette piste facile sur le papier au détriment d’un investissement plus porteur sur les joueurs locaux, qui en maintes occasions ont pu confirmer leur potentiel et mouiller le maillot contrairement aux stars venues d’ailleurs , des joueurs frileux de crainte des blessures qui pourraient hypothéquer leur carrière dans leurs clubs et donc leurs revenus confortables. la meilleure illustration est la manière désinvolte dont ces joueurs répondent ou pas à l’appel des convocations des entraîneurs qui subissent leurs caprices. C’est donc à des révisions déchirantes avec comme priorité la « dépolitisation  » du football qu’il faut recourir et profiter du départ annoncé de l’actuel président de la fédération pour le remplacer par un profil expérimenté et crédible qui se consacrerait exclusivement à cette tâche de reconfiguration du football national.

Avec ou sans Taoussi, un homme qui vend du rêve, le Maroc a deux années pour mettre sur pied un effectif capable de remporter la prochaine coupe d’Afrique en 2015 qu’il aura le privilège d’organiser. Une opportunité unique de montrer un nouveau visage du football national , prometteur et réconfortant après tant de déconvenues ces dernières années.

Pour actu-maroc.com ______________

 

Commentaires