Le Maroc organisera des élections législatives anticipées

Le Maroc organisera des élections législatives anticipées

205
0
PARTAGER

Le Maroc organisera des élections parlementaires le 7 octobre, trois mois après le référendum sur la nouvelle constitution, a annoncé le ministre des Finances Salaheddine Mezouar jeudi dernier, le 26 mai, lors de sa visite aux Etats-Unis.

Cette annonce a fait suite aux rumeurs selon lesquelles ces élections, prévues au départ en septembre 2012, pourraient avoir lieu octobre 2011, à la fin de l’année ou début 2012.

Le Premier ministre Abbas El Fassi et le parti Istiqlal avaient été parmi les premiers à demander des élections législatives anticipées.

Le Maroc ne devrait pas attendre jusqu’à l’année prochaine et devrait organiser ce scrutin immédiatement après le référendum du 1er juillet, avait indiqué le premier ministre.

« Il faut répondre à la dynamique que connaît le Maroc ainsi qu’aux revendications de l’ensemble des composantes de la société marocaine, afin d’éviter les surenchères politiciennes », avait déclaré El Fassi lors du conseil national de son parti, le 23 avril.

Pour le député Mohamed Moubdiaa, « il est faisable » d’organiser les élections en octobre. « Le but est de traverser cette période de turbulence pour que l’on puisse redémarrer », avait-il déclaré. « Il faut juste s’atteler à la tâche. »

L’important, c’est d’organiser des élections transparentes et de bonne qualité pour mettre un terme aux anciennes pratiques politiques et mettre en place des institutions crédibles, selon le secrétaire général du Front des forces démocratiques (FFD) Thamy El Khyari. Il a ajouté que les attentes des peuples doivent être satisfaires et que la situation particulière que connaissent certaines régions éloignées doit être prise en compte.

Pour sa part, le secrétaire général du Parti Justice et Développement (PJD) Lahcen Daoudi a mis en garde contre toute « précipitation » en vue de ce scrutin, faisant valoir que les élections ne pourraient avoir lieu en octobre et que du temps était nécessaire pour mieux sensibiliser l’opinion publique aux dispositions de la nouvelle constitution.

« Nous voulons nous débarrasser de ce gouvernement, mais pas de cette manière », a-t-il déclaré. « On pourrait opter pour mai 2012 pour organiser des législatives anticipées. »

Un avis que ne partage pas le politologue Lahen Touhami, qui affirme que la date d’octobre laisserait suffisamment de temps pour préparer les élections législatives.

« Le parlement et le gouvernement doivent maintenant accélérer la cadence pour faire adopter les textes ayant trait aux élections comme le découpage administratif et le mode de scrutin », explique-t-il.

Pour sa part, Habiba Chikhi, membre du Mouvement du 20 février, espère que le processus de réforme ouvrira la voie à « une nouvelle équipe et un nouveau mode de travail tant au parlement qu’au sein du gouvernement ».

« La dissolution du gouvernement et du parlement actuels figure parmi les demandes incessantes du mouvement », rappelle-t-elle.

 

Par Siham Ali pour Magharebia à Rabat__________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires