PARTAGER
Edward Gabriel, l’ancien ambassadeur américain à Rabat et recyclé en défenseur des intérêts du Maroc dans la capitale américaine où il a créé un cabinet de consulting et de lobbying avec pour seul client le royaume à la fin de sa mission diplomatique, a mis fin à sa mission définitivement. Il est difficile d’en connaître les raisons exactes sauf qu’il ne peut s’agir que de l’expiration de son contrat avec le Maroc ou plutôt à cause d’un décret présidentiel américain qui interdit, depuis que Donald Trump en a pris l’initiative, à tout ancien fonctionnaire u diplomate américain de diriger ou exercer au sein d’un cabinet chargé de défendre les intérêts d’un autre pays, en d’autres termes, d’en être le lobbyiste attitré sur le sol américain.
Avant l’annonce de la fin de sa mission au service du royaume, l’ancien ambassadeur d’origine libanaise, Edward Gabriel, a servi durant de longues années et en échange d’une rémunération très importante à coups de dizaines de millions de dollars comme avocat de Rabat pour la défense des positions de Rabat sur le dossier du Sahara et des droits de l’homme auprès du département d’état et du congrès américain, surtout lors des années Obama dont il était un proche et avec lequel il avait , un temps collaboré dans son cabinet présidentiel. Ses connaissances et sa proximité avec le parti démocrate ne lui servant plus depuis la perte du pouvoir par cette formation et l’élimination d’Hillary Clinton de la course à la présidence, l’ancien ambassadeur devenu spécialiste en influence a vu sa marge de manœuvre se réduire. Le Maroc se doit de lui trouver un remplaçant du m^me gabarit.
Par Jalil Nouri
Actu-maroc.com

Commentaires