Le Maroc poursuit son processus de réforme dans la continuité et sans...

Le Maroc poursuit son processus de réforme dans la continuité et sans rupture, affirme M. Taib Fassi-Fihri

178
0
PARTAGER

« La réforme, qui n’a jamais été un sujet tabou au Maroc, émane d’une vision claire, à la fois forte et audacieuse », a souligné le ministre, qui donnait une conférence au siège du prestigieux Institut Royal des Affaires Internationales (Chatham House, basé à Londres), en présence de l’ambassadeur du Maroc en Grande-Bretagne, Chrifa Lalla Joumala, et de l’ambassadeur britannique au Maroc, M. Tim Morris.

M. Fassi-Fihri a expliqué devant un parterre de diplomates, de politiciens et de chercheurs, les choix judicieux opérés par le Maroc depuis son indépendance en 1956, citant notamment l’interdiction du parti unique et l’adoption du pluralisme.

Depuis 1962, la Constitution marocaine a été amendée à cinq reprises, a rappelé le ministre lors de cette conférence, tenue sur le thème « un Maroc émergent dans un environnement régional en changement » et qui a été animée par Mme Claire Spencer, Directeur du département Moyen-Orient/Afrique du nord au sein de Chatham House.

« Nous sommes un pays dont les choix s’inscrivent dans le cadre de la continuité tout en prenant en compte régulièrement l’évolution de notre société et ses aspirations », a encore fait observer le ministre.

Les réformes annoncées mercredi par SM le Roi Mohammed VI dans un discours à la Nation « marquent un nouveau pas à la fois important et historique », a-t-il souligné, expliquant que ces réformes sont le fruit d’un processus qui ne date pas d’hier.

Il a, dans ce sens, noté que le Royaume dispose de la capacité de gérer la régionalisation avancée en tant que choix nouveau et immédiat.

« Mais au-delà de ce processus prometteur de régionalisation significative, la réforme constitutionnelle touchera à tous les secteurs », a enchainé le ministre, relevant que l’annonce de ces réformes a été applaudie par tous les partis politiques et les forces vives de la Nation ainsi que par sa jeunesse.

Le processus sera conduit dans le cadre du dialogue et de la consultation avec les partis politiques, les syndicats et la société civile, a-t-il encore dit, soulignant qu’il s’agit-là de « réformes audacieuses mais sereines », qui vont permettre aux citoyens de contribuer et participer au progrès démocratique et économique de leur pays.

M. Fassi-Fihri a mis l’accent, dans ce sens, sur la nécessité d’assurer une large participation dans ce processus de réforme institutionnelle, fondé sur le dialogue et l’appropriation loin de toute exclusion, avant de mettre en avant l’importance de la consécration constitutionnelle de l’amazighité comme composante essentielle de l’identité marocaine

+ La région arabe à l’ère du changement+

M. Fassi-Fihri s’est, par ailleurs, livré à une analyse profonde de la situation dans la région arabe, notant que les événements qui ont eu lieu dans plusieurs pays, montrent que cette partie du monde est entrée dans une nouvelle ère porteuse d’un espoir de progrès, d’ouverture et de modernité.

« Aucun progrès n’est possible sans un développement englobant les domaines économique et social et également et nécessairement une évolution démocratique et politique », a-t-il dit.

Les dividendes de la croissance économique doivent être justement partagées aux niveaux social et territorial, a-t-il argumenté, tout en refusant toute comparaison entre les changements que l’Europe de l’est avait connus suite à la chute du mur de Berlin et les événements qui se sont produits récemment dans la région arabe.

Les réalités sont différentes, a-t-il expliqué, soulignant que la situation diffère même d’un pays arabe à l’autre.

Ceci explique, a dit le ministre, qu’il n’y aura pas d’effet domino dans la région comme avancé par certains analystes, même si les pays de cette partie du monde font face à des défis relativement similaires en termes de disparités sociales, d’emploi des jeunes et d’accès aux soins et à l’habitat digne.

+Mise en garde contre les activités de l’AQMI dans la région+

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération a, d’autre part, averti que la situation d’instabilité que vivent certains pays de la région risque d’être exploitée par l’organisation Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI).

Cette organisation, active dans le sud de l’Algérie, au Mali, au Niger et dans d’autres pays de la région du Sahel, tente de renforcer sa présence à travers les rançons qu’elle demande en contrepartie de la remise en liberté des otages occidentaux qu’elle enlève et à travers les trafics de tous genres, en particulier le trafic de cocaïne.

L’Europe a un rôle clef à jouer dans le cadre de la lutte non seulement contre l’AQMI mais également contre toutes ces mafias qui opèrent en Europe et dans la région, a-t-il affirmé.

MAP_________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

Commentaires