Le Maroc, précurseur pour la promotion d’un espace de progrès et de...

Le Maroc, précurseur pour la promotion d’un espace de progrès et de liberté au Maghreb

321
0
PARTAGER

Dans un texte de recommandations finales sanctionnant les travaux de la 3ème réunion tenue mercredi à Bruxelles, la Commission parlementaire mixte (CPM) s’est réjouie des garanties constitutionnelles du respect et de la promotion de l’ensemble des libertés fondamentales et des droits de l’Homme, ainsi que la souscription au principe de la primauté des conventions internationales sur le droit interne, la consécration de l’égalité des sexes et la parité dans les sphères de décision et la constitutionnalisation de la langue amazighe comme langue officielle.

 

Considérant que « l’indépendance de la justice est la clé de voûte de la construction démocratique », la CPM a salué les dispositions de la nouvelle Constitution visant à garantir l’application égale de la loi, le contrôle des pouvoirs législatif et exécutif, et la confiance dans le système.

Elle considère également que le processus de réformes enclenché par la nouvelle Constitution fera du Maroc un précurseur dans la région afin de promouvoir un espace de progrès et de liberté comprenant tous les pays du Maghreb comme l’indique le Préambule de la Constitution en s’engageant à « oeuvrer à la construction de l’Union du Maghreb arabe, comme option stratégique ».

La CPM a en outre appelé l’Union européenne et ses institutions à appuyer le processus de réformes par le biais d’un soutien politique et financier à travers la politique européenne de voisinage et le statut avancé en vue de renforcer l’accompagnement de la mise en oeuvre de ces réformes.

Soutien à la régionalisation

S’agissant du processus de régionalisation avancée, la CPM a mis l’accent sur la question du financement ainsi que sur le chantier de la déconcentration administrative, complément nécessaire pour la réussite de ce projet de régionalisation au Maroc.

Elle a ensuite considéré que l’UE devrait continuer à soutenir la mise en oeuvre de cette régionalisation avancée et à explorer avec les partenaires marocains la manière dont elle pourrait le mieux appuyer ces réformes.

L’UE pourrait mieux cibler son soutien à la réforme de l’administration marocaine en visant en priorité les actions qui contribuent au développement des capacités institutionnelles et de la gouvernance locale à l’échelle régionale.
«Il serait également souhaitable que l’appui de l’UE au Maroc intègre, de manière transversale, le paramètre lié à la régionalisation avancée de manière à prendre en compte, dans les projets financés par l’Union, la contribution possible à la réussite de la régionalisation avancée», a souligné la CPM.
Les travaux de la 3ème réunion de la Commission mixte ont été co-présidés, côté marocain, par Mme Bouaida M’barka et M. Pier Antonio Panzeri du côté européen.

Cinq grands thèmes d’actualité ont fait l’objet d’une réflexion approfondie de binômes parlementaires présentés dans des rapports ayant fait l’objet d’un débat avant d’être adoptés dans une recommandation finale.

Ces questions thématiques ont porté sur «L’Union pour la Méditerranée», «La sécurité dans la région sahélo-saharienne», «Le processus de régionalisation avancée», «La réforme politique» et «La politique migratoire».

MAP __________________________

Faites vos achats en quelques clics sur www.economat.ma , le 1er supermarché en ligne à Rabat

 

 

www.actu-maroc.com

actumaroc@yahoo.fr

 

Commentaires