PARTAGER

Le tribunal de Meaux, en France, vient de statuer sur le sort de Rachid, le Marocain qui avait perturbé en septembre 2017 le cortège royal, à Paris. Clamant son innocence, « je voulais juste parler au roi Mohammed VI au sujet des conditions déplorables de mon père, militaire dans l’armée marocaine, aujourd’hui retraité. »

Le procureur général ne l’a pas épargné, sollicitant une peine de prison de cinq mois avec retrait du permis de conduire. Quelques minutes après, le tribunal a décidé de reporter le procès au 27 décembre prochain afin de confirmer le verdict final.
Pour rappel, Rachid avait foncé avec sa voiture en direction du cortège royal, un acte que la justice française qualifie « d’attaque armée ». Il avait été immédiatement transféré au commissariat de Villeparisis en attendant d’être traduit en justice.

 Il s’est avéré, par la suite, que le mis en cause n’était pas un terroriste, mais il est qualifié de dangereux. D’autant plus qu’il avait déjà agressé, selon une source judiciaire, l’un des gardes du corps du roi à Betz, lui causant plusieurs blessures au niveau de la tête. La même source révèle que le ressortissant marocain avait également été arrêté dans le passé pour tentative d’introduction par effraction dans la résidence royale.

Commentaires