Le ministère entend unifier les instituts d’enseignement supérieur dans de grands pôles...

Le ministère entend unifier les instituts d’enseignement supérieur dans de grands pôles universitaires régionaux

525
0
PARTAGER

Intervenant lors de la cérémonie d’installation du nouveau doyen de la Faculté des sciences et techniques (FST) de Tanger, M. Mohamed Abbou et du nouveau directeur de l’Ecole supérieure Roi Fahd de traduction, M. Noureddine Chemlali, le ministre a indiqué que cette vision a pour objectif de réunir les efforts des instituts, en particuliers les établissements scientifiques et techniques, en vue d’atteindre une masse critique à même de dynamiser la recherche scientifique.

Il a également noté l’importance de promouvoir la recherche-développement dans l’enseignement supérieur, qui reste dominée par l’enseignement fondamental, appelant les établissements à développer des projets dans ce sens avec l’appui du département de tutelle et de la coopération internationale.

M. Daoudi a également appelé à accorder une attention particulière à la maîtrise des langues étrangères notamment l’anglais, pour développer les compétences des étudiants et leur permettre de bénéficier des opportunités d’études et de formation dans des universités étrangères, et a relevé la nécessité de développer le rôle des TIC dans le processus d’apprentissage et de formation.

Par ailleurs, le ministre a félicité MM. Abbou et Chemlali pour la confiance qui a été placée en eux pour diriger deux établissements phares de l’université Abdelmalek Essaâdi et de l’enseignement supérieur national.

Mohamed Abbou, qui remplace Mme Amina Azmani au poste de doyen de la FST, est né à Berkane. Titulaire d’un doctorat d’Etat en optoélectronique et microélectronique en 1991, il a notamment été vice-doyen de la faculté de sciences de Kénitra et vice-président de l’université Moulay Slimane de Béni Mellal.

Né à Nador, Noureddine Chemlali, nouveau directeur de l’Ecole supérieure Roi Fahd de traduction en remplacement de M. Taib Nour, est titulaire d’un doctorat en linguistique théorique de Paris en 1992 et d’un doctorat en linguistique arabe de l’université Abdelmalek Essaâdi en 2002.

 

Actu-maroc.com

Commentaires