PARTAGER
Près de 20 jours après la mort de deux mineurs qui opéraient clandestinement dans une mine de charbon dans la ville de Jerada et suite à une mobilisation qui ne cesse d’enfler, le ministre de l’énergie et des mines, Aziz Rebbah, arrive enfin dans cette zone sinistrée et oubliée à Rabat.
Que la population locale se rassure, le responsable gouvernemental vient les mains vides et n’a fait le déplacement que pour écouter ses doléances, ce qu’à déjà fait , avant lui, le week-end dernier ,le wali de la région dernier, qui semble avoir tiré ainsi le tapis sous les pieds de Rebbah.
Ce dernier se devait de prendre tout son temps car aucune alternative ne peut être proposée dans l’immédiat puisque aucun plan de sauvetage du secteur n’est possible, les mines ayant été définitivement fermées depuis de longues années et la région considérée comme zone sinistrée par ses habitants, sans le moindre intérêt de l’état pour cette situation économique et sociale, empirant année après année, jusqu’au drame récent, à l’origine de rassemblements de protestation quotidiens. Il faut remarquer que le chef du gouvernement, contrairement à ce qui aurait pu se passer dans d’autres pays, a refusé de faire le déplacement, comme il l’a déjà montré en ce qui concerne la région du Rif, de craindre de subir la colère des habitants. Lui et son gouvernement ne semblent pas encore avoir saisi l’urgence d’une solution à un problème susceptible de se produire ailleurs.

Commentaires