PARTAGER
Une nouvelle tempête souffle au sein de l’exécutif avec la mise en cause d’un ministre du RNI dont la société d’assurances a tenté d’obtenir un gros marché avec l’état sans respecter les règles de la concurrence.
L’affaire a commencé avec l’annonce d’une année de sècheresse pour laquelle l’état prévoit de dédommager les agriculteurs par le biais de l’assurance souscrite. Trois ministres du gouvernement et de ce même parti du RNI décident sans crier gare et sans l’aval du premier ministre de confier l’opération à la compagnie d’assurances « Saham, appartenant à l’un d’entre eux, Moulay Hafid El Alamy, un milliardaire qui détient le portefeuille du commerce, de l’industrie, de l’investissement et de l’économie numérique qui a obtenu le soutien de ces collègues de l’agriculture, Akhenouch et des finances, Boussaid, pour remporter ce marché juteux.
Le marché a suscité une levée de boucliers qui a mis le premier ministre hors de lui pour ce nouvel affront mais pas seulement puisque d’autres membres du gouvernement n’ont pas caché leur colère et leur mécontentement  Face à ce tollé, la compagnie d’assurances du ministre El Alamy a fait marche arrière et a publié un communiqué tardif et peu convaincant dans les journaux pour préciser que l’appel d’offres était ouvert à toute les autres compagnies. Rien n’y fait depuis et une enquête a été engagée par une commission parlementaire. Un vrai gâchis au passif déjà lourd en scandales et affaires de l’actuel gouvernement.
Par Jalil Nouri

Commentaires